fbpx
Culture
Partager sur

Shy’m donne toutes les explications au sujet de son clash avec Damso !

Partager
Partager sur Facebook

Shy'm a attendu trois ans pour répondre au clash du rappeur Damso. Un clash qu'elle évoque notamment dans une interview chez Europe 1.

Shy’m est absolument partout. En effet, en pleine métamorphose musicale et stylistique. Et cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas été sur tous les fronts.
La star donne son max pour assurer la promotion de son prochain album. Intitulé Agapé, il sortira ce vendredi 26 Avril.

De ce fait, elle publie de nombreux posts Instagram légendés par des comptes à rebours. On vous parlait notamment des posts très sexy de la jeune femme. Elle enchaine aussi l es interviews sur les plateaux télés et radios. Et c’est à chaque fois l’occasion de se confier et se dévoiler un peu plus..

Chez Michel Cymes, Shy’m avait par exemple fondu en larmes après s’être confié sur ses phobies.
C’est sur le plateau d’Europe 1 qu’elle est revenue la semaine dernière sur ancienne histoire.

Shy’m règle des vieux comptes.

Le 18 avril dernier, Shy’m était l’invitée de Ça fait du bien sur Europe 1. Et c’est durant l’émission qu’elle est revenue sur le clash que lui avait lancé Damso.
3 ans auparavant dans le titre  Pinocchio de Booba, Damso avait fait un couplet remarqué. « T’es passé partout comme la chatte de Shy’m. Je sais pas si c’est vrai mais je la baiserais au calme » .

Alors que l’histoire semblait enterrée, la chanteuse y répond trois ans plus tard! Et cela dans le titre La Go: « Tu veux mon cul ? Va faire la queue derrière Damso”.

Ainsi elle explique ces paroles à Anne Roumanof. « C’est bien dit, sans haine aucune et c’est mérité. C’est pas une blague, c’est tellement facile aujourd’hui de dire des propos sur des femmes et des jeunes filles qui paraissent de plus en plus banals mais qui sont hyper vulgaires, hyper crus et hyper sexistes ».
Avant d’ajouter: « À un moment donné, je me suis dit non. Je n’ai pas envie de laisser passer. J’ai attendu trois ans mais il fallait que j’y réponde »