fbpx
Non classé
Partager sur

Pourquoi j’ai pas mangé mon père: Jamel Debbouze fait son cinéma

On a vu le premier film estampillé 100% Jamel Debbouze, on vous dit ce qu'on en pense

Huit ans, près de 3000 jours, et des dizaines de milliers d’heures de boulot : c’est le temps qu’il a fallu a Jamel Debbouze pour accoucher de son premier bébé cinématographique : Pourquoi j’ai pas mangé mon père.

Jamel Debbouze superstar

L’humoriste et fondateur du Jamel Comedy Club y joue (presque) tous les rôles : metteur en scène, scénariste, acteur, et producteur ! Dans ce projet pharaonique, Jamel a mis tout son cœur et une partie de son argent personnel. Une sorte de « all-in » plutôt risqué pour celui qui aurait pu rester une star de la comédie, mais qui s’est mis en tête de réaliser « son » grand film d’animation populaire, doublé d’une performance technologique : le premier long-métrage entièrement réalisé en motion-capture !

VOIR AUSSI>>> Jamel se confie sur son film

8 ans de boulot, un résultat à la hauteur

La mo-cap, cette technique de prise de vue qui consiste à animer des personnages virtuels en capturant les mouvements des acteurs, n’avait jamais été poussée jusque là. Du coup, visuellement, c’est une belle surprise : le film est superbement immersif, et la sensation de se trouver face à Jamel Debbouze est totale. C’est le réalisateur lui-même qui joue Edouard, le héros de Pourquoi j’ai pas mangé mon père. Et s’il prend l’apparence d’un simien (un pré-humain), ses mimiques et sa démarche si particulières sont proprement calquées sur celles de Jamel.

Un air de déjà-vu

Coté scenario en revanche, Jamel semble avoir eu du mal à se départir de certaines références de l’animation. Quand le jeune Edouard est forcé à l’exil dans le désert, suite à la mort accidentelle de son père, on ne peut s’empêcher de penser au Roi Lion. On ira pas jusqu’à parler de plagia, mais le trait est si prononcé tout au long du film que cela dépasse le simple hommage. Par ailleurs, l’originalité de cette « pré-histoire de ouf » aurait pu venir de l’humour de Jamel, qui parle aux petits comme aux adultes. Mais les dialogues font surtout rires les enfants, et on est bien loin du ton de H ou du Jamel Comedy Club. Pourquoi j’ai pas mangé mon père reste néanmoins un bon film d’animation, divertissant et bien fichu. A voir en famille, et de préférence dans un cinéma dernier cri : outre la mo-cap, Pourquoi j’ai pas mangé mon père a fait le choix du son atmos, audible à 360 degré. Prêts pour un voyage en pleine jungle ?

Pourquoi j’ai pas mangé mon père
de et avec Jamel Debbouze, Mélissa Theuriau, Arié Elmaleh…
en salles le 8 avril