fbpx
Non classé
Partager sur

Mad Max: Charlize Theron s’exprime sur la polémique

Mad Max: Charlize Theron s'exprime sur la polémique

Lors du Festival de Cannes où le film était présenté, l'actrice Charlize Theron et interprète de Furiosa dans Mad Max s'est exprimée sur son rôle, peu après les nombreuses accusations d'un Mad Max jugé trop féministe.

Un succès cinématographique engendre forcément des polémiques. Mad Max: Fury Road n’a pas échappé à la règle et sa sortie a provoqué le courroux d’un blogger qui accusait le film d’être trop féministe et de relayer le personnage de Mad Max au simple rôle de faire-valoir. Charlize Theron, l’interprète de l’impératrice Furiosa dans le film s’est exprimée sur son rôle lors d’une interview à Metronews, en direct de la croisette.

Mad Max: Charlize Theron fière de son rôle

Dans Mad Max: Fury Road, il y a bien sûr l’inénarrable Mad Max, interprété par Tom Hardy, et puis un autre personnage qui finit par occuper tout l’écran. Forte, mutique, crâne rasé et bras bionique, Furiosa mène la danse et finit par voler la vedette au héros. Et ça, dans un blockbuster US, c’est peu commun. De quoi provoquer la foudre d’une certaine catégorie de spectateurs qui reprochent de trahir un film sensé parler aux hommes et être réalisé par un homme. Mais pour Charlize Theron, peu importe, son rôle représente une formidable avancée pour la représentation des femmes dans les films d’actions: « C’est formidable que le public réagisse avec autant d’enthousiasme à un personnage féminin dans un film de ce genre » a en effet confié l’actrice à Metronews. De quoi clouer le bec à certains qui s’insurgent du fait que Furiosa à plus de dialogues dans le film que Mad Max.

Charlize Theron: « je revendique le droit d’être à la fois une super mère et une super pute! »

La lecture du script a été pour l’actrice un réelle surprise, et même un choc: « Je me rappelle que, lorsque George Miller m’a montré le story board, je m’attendais à découvrir une réinvention super cool de l’univers de Mad Max. Je savais qu’il y aurait un personnage féminin important, mais quand j’ai commencé à tourner les pages, je l’ai trouvée géniale. Ça m’a fait un choc. Parce que c’est elle qui conduit l’intrigue d’un point de vue émotionnel. Je crois que c’est ce qui surprend les spectateurs aussi. Ils s’attendent à ce que Max soit le leader. Mais, en réalité, c’est cette femme qui bouleverse toute l’histoire en donnant un coup de volant ». L’actrice revient également sur son image de caméléon: égérie Dior, serial-killeuse métamorphosée dans Monster, femme fatale dans certains films où héroïne lambda dans d’autres. Une image changeante qui selon elle, pose problème: « C’est souvent le problème de la représentation des femmes au cinéma. Ce que j’appelle le complexe de la Madone salope. Soit on est une super mère, soit on est une super pute ». Et l’actrice semble avoir trouvé l’adage, dans la plus grande simplicité: « Eh bien, moi, je revendique le droit d’être à la fois une super mère et une super pute ». Une vraie héroïne des temps modernes en somme.