fbpx
Découvertes
Partager sur

Littérature : Mon cher stagiaire, le premier roman érotique français

Littérature : Mon cher stagiaire, le premier roman érotique français
Partager sur Facebook

Mon Cher stagiaire, le premier roman érotique des éditions Calmann-Lévy divise.

« La première production littéraire érotique 100% Made in France » est enfin apparue ! Les éditions Calmann-Lévy ont annoncé fièrement la sortie de Mon cher stagiaire, le roman d’Anouk Laclos prévue pour le 1er juin. « Les rôles habituellement dévolus aux hommes basculent enfin », ont promis les éditeurs dans un teaser presque féministe. La publication de ce livre ne semble pourtant pas ravir toute la famille éponyme. Mercredi, les représentants de la famille Calman-Lévy, actionnaires minoritaires ont fait part de leurs réserves quant à sa parution.

Le roman ne plaît pas à la famille Calmann-Lévy

« Précurseurs dans de nombreux genres littéraires et inventeurs du livre à prix réduit, les deux frères, Michel & Calmann-Lévy, ont été des éditeurs ouverts, engagés, indépendants et n’ont jamais hésité à prendre des risques sur le plan éditorial. Ceci étant, jamais le genre érotique in vivo, qui fait actuellement florès dans une partie du monde de l’édition, n’avait jamais été envisagé par cette illustre maison qui a édité les plus grands auteurs généralement vêtus d’une belle plume », a déclaré, Christopher Calmann-Lévy, un des deux administrateurs familiaux de la maison dans un communiqué de presse. Calmann-Lévy est plutôt réputée pour être une maison d’édition traditionnelle. Par le passé, ils avaient édité Proust, Pierre Loti ou encore Anatole France. L’administrateur regrette ainsi le manque de respect pour « son histoire, son identité ». Ajoutant que, selon lui, « il aurait été certainement possible de faire l’économie érotique d’une telle publication plus en phase avec l’image des Editions Lattès ou des éditions Grasset (propriétés d’Hachette Livre) qu’avec celle des éditions Calmann-Lévy ».

Un roman qui change les codes du genre érotique

La direction d’Hachette Livre n’a pas réagi à ce communiqué, mais rappelle qu’elle « n’interfère jamais dans les choix éditoriaux de ses maisons d’édition ». Calmann-Lévy, quant à elle s’attache à mettre en avant l’originalité de ce roman érotique. Ici, un jeune stagiaire est initié sexuellement par sa patronne, dirigeante d’une maison de champagnes. « Il s’agit de questionner la sensualité et la sexualité attendue des femmes par leur entourage, par la société mais également d’expérimenter le renversement des rôles dans les relations hommes-femmes. Et si c’était pour une fois la femme qui initiait un (jeune) homme? », précise la présentation.