fbpx
Non classé
Partager sur

Hunger Games 4: Jennifer Lawrence, épuisée par sa scène dans les égouts

Hunger Games 4: Jennifer Lawrence, épuisée par sa scène dans les égouts

Tourner une scène dans un égout ne doit vraiment pas être agréable ! Jennifer Lawrence nous raconte ce moment éprouvant du tournage de Hunger Games 4.

Le fait qu’Hunger Games 4 soit fini est très émouvant pour tous les acteurs, mais c’est aussi un soulagement. Car malgré des moments de tournage inoubliables que Jennifer Lawrence ne cesse de relater, il ne faut pas oublier que ce dernier était très éprouvant. La preuve avec cette scène dans les égouts que l’actrice bannie des posters d’Hunger Games 4 en Israël n’est pas prête d’oublier!

>>>Voir aussi: Hunger Games 4 en VHS: Et si le film était sorti dans les années 90?

L’éprouve scène des égouts d’Hunger Games 4

Cette dernière a expliqué lors de la conférence promotionnelle du dernier volet à Paris (vidéo ci-jointe) et à l’édition du magazine britannique Heat que tourner dans un égout pour Hunger Games 4 était physiquement très difficile, et qu’à la fin de la journée, les acteurs avaient leur batteries complètement à plat.
Elle se plaint sur les contraintes que cette dernière a entrainé et expliqué que Liam Hemsworth en a autant souffert qu’elle !
«C’était difficile. C’était dur. Pauvre Liam, il ne pouvait pas tenir debout pendant trois semaines. On était épuisés, parce que, en tournant une séquence de combat dans des égouts, tout notre matériel et tous nos vêtements étaient complètement trempés, donc ça faisait 9 kilos en plus. Pour moi, ça me semblait 900 kilos en plus. On ne faisait que se plaindre !»

Hunger Games 4: Jennifer Lawrence, une actrice qui se surpasse

Ces difficultés n’ont pas stoppé Jennifer Lawrence. L’actrice très travailleuse raconte à quel point elle fait le maximum pour dépasser sa ligne de confort, et ses tournages dans ces pays lointains où elle ne connait personne sont durs.
«Ce boulot est tellement prenant, a-t-elle avoué. Si tu travailles, c’est 13-16 heures par jour et dans une ville inconnue où tu ne connais personne. Puis tu finis et tu as tout ce temps libre. C’est difficile de trouver un équilibre car tu passes d’une période où tu es débordée et tu te dis « oh mon dieu, j’ai besoin de temps libre, je suis épuisée. Mon corps ! » Puis tu as du temps libre et tu deviens folle. Je déteste me réveiller sans objectif et aller me coucher sans avoir accompli quelque chose.»