fbpx
Non classé
Partager sur

Amy: découvrez les réactions au docu sur Amy Winehouse

Amy: découvrez les réactions au docu sur Amy Winehouse

Projeté hier au Festival de Cannes, le documentaire sur Amy Winehouse fait beaucoup parler. En bien ou en mal ?

D’Amy, le documentaire d’Asif Kapadia sur l’idole soul Amy Winehouse, on n’avait reçu pour l’instant que les échos colériques du père de la chanteuse. Récemment dans les colonnes du Sun, Mitch Winehouse se disait scandalisé par ce film – dans lequel il a lui-même témoigné – qui aurait rendu furieuse Amy Winehouse elle-même. Mais Amy n’est plus là pour se défendre de quoi que ce soit, et alors que personne n’avait encore vu le documentaire, la polémique tournait à une vulgaire brouille médiatique entre son réalisateur et papa Winehouse.

« Un hommage émouvant et techniquement brillant »

Après sa projection hier en séance de minuit au Festival de Cannes, on en sait enfin un peu plus sur le contenu du fameux documentaire. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est qu’il ne laisse pas indifférent. D’abord, il plait, pour l’intensité de certains documents inédits. Parmi la pléiade d’archives, Télérama retient notamment « l’instant poignant où Amy Winehouse chante Back To Black, qu’elle vient d’écrire sur le coin d’une table.» Une séquence «qui a peu d’équivalents dans l’histoire du documentaire musical », et que son réalisateur a parfaitement su exploiter. Pour The Hollywood Reporter « Amy est un hommage émouvant et techniquement brillant, dont la masse tentaculaire de matières et de sources diverses élégamment nettoyées est mis en forme dans un récit captivant. »

Un film plein de« voyeurisme »et de« vulgarité »

Cette diversité de source, c’est à la fois ce qui fait la force d’Amy, et son vice. Extrêmement documenté, le film compile témoignages des proches de la chanteuse, images d’archives de la famille, et vidéos ou photos volées par des fans ou des paparazzis. Un mélange indigeste pour une partie de la Presse : pour Glamour,« Amy joue de cette mise en abîme sordide, mise une dernière fois sur notre voyeurisme honteux, sans réelle tentative de sublimation ou sans ambition de s’élever au-dessus du récit tabloïd de la vie ruinée d’une jeune fille trop fragile. » Même malaise pour Libération, pour qui « le film nous entraîne de force dans la propre vulgarité du système qu’il entend dénoncer, créant chez nous un voyeurisme qui n’a pas lieu d’être, puisqu’il faut quand même rappeler que l’on parle ici d’une pauvre gamine morte seule d’une overdose d’alcool dans son bouge londonien. ».
Slate.fr résume ainsi le sentiment général à propos de ce film polémique sur Amy Winehouse : « Autant qu’un documentaire sur la star, ses déboires, son addiction à l’alcool, Kapadia transforme son film en un documentaire sur les médias au sens large. ».
Pour vous faire une idée, il faudra attendre sa sortie en salles le 8 juillet 2015.