fbpx
Non classé
Partager sur

Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu ? le film jugé raciste aux Etats-Unis

Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu ? le film jugé raciste aux Etats-Unis

Le film « Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu? » ne sera pas diffusé aux Etats-Unis car il est jugé trop raciste

Alors que la sortie du film Qu’est-ce qu’-on a fait au bon dieu ? en juin dernier a cartonné en France, aux Etats-Unis la comédie ne sortira pas. En effet, le film a été jugé trop raciste. Sabine Chemaly, directrice internationale des ventes pour TF1 s’est confié au Point et a déclaré : Ils ont une approche culturelle très différente de la nôtre. Nos contacts l’ont trouvé politiquement incorrect. Jamais ils ne se permettraient aujourd’hui de rire sur les noirs, les juifs ou les asiatiques.

Un point de vue partagé par de nombreuses personnes. De plus, une restriction qui n’est pas sans rappeler le film Intouchables qui avait eu le même accueil en France mais mal jugé aux Etats-Unis.

Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu ? Polémique autour du film

Sabine Chemaly a également expliqué que le film pourrait créer le scandale outre-Atlantique et ne veulent pas le diffuser tel quel. En effet, les américains sont plus sensibles à ce genre de sujet. Ils sont évidemment excités par le succès du film, mais ils refusent de le diffuser tel quel. Ils savent que cela va d’emblée créer de trop grandes polémiques chez eux Avant d’ajouter :Dans ces pays, on ne sait pas rire des différences, on vit avec, mais on n’accepte pas la caricature sur le sujet, même avec ce recul qu’apporte la comédie.

Intouchables avait déjà perturbé aux Etats-Unis. Elle explique On est mal à l’aise de voir Omar Sy, un acteur charismatique et joyeux, dans un rôle qui n’est pas bien loin du cliché de l’esclave d’antan, qui amuse son maître tout en représentant tous les stéréotypes de classe et de race.

Toutefois même si le film avait peut-être choqué les spectateurs, cela ne l’avait pas empêché de totalisé 10.2 millions de dollars de recette. Rien que ça. Un réel succès malgré les critiques.