fbpx
Mon Mag
Partager sur

Trois jeunes militantes kurdes tuées d’une balle dans la tête

Trois jeunes militantes kurdes tuées d’une balle dans la tête
Partager
Partager sur Facebook

Les corps de trois jeunes femmes kurdes ont été retrouvés dans la nuit de mercredi à jeudi, toutes tuées d’une balle dans la tête. L’assassinat a eu lieu dans les locaux d’une association de la communauté kurde dans le Xe arrondissement de Paris

Trois militantes kurdes ont été abattues dans la nuit de mercredi à jeudi dans le centre d’information de Kurdistan. Les corps des trois jeunes femmes ont été retrouvés peu avant 2h00 du matin au premier étage d’un immeuble du 147 rue Lafayette. La scène du crime suggère une exécution. Sur les trois femmes retrouvées mortes, deux ont été tuées d’une balle dans la nuque. La troisième aurait été touchée au ventre et au front. Si aucune plaque n’indique la présence du centre, on pense que les victimes se sont retrouvées seules avec leur(s) agresseur(s). L’alerte aurait été donnée par les proches des victimes qui n’arrivaient pas à les joindre depuis mercredi après-midi. Si les enquêteurs ne savent pas encore l’heure précise à laquelle le crime a été commis, un voisin a confié à Europe 1 qu’il a entendu une détonation vers 18 heures. Après avoir été appelée à 1h45, la police a dû forcer la porte du centre avant de découvrir un bain de sang.

Des meurtres « insupportables »

Si on sait encore peu de choses au sujet de ces assassinats, les enquêteurs ont précisé au Figaro qu’un différend entre les kurdes de l’institut et la communauté turque de la Seine Saint-Denis serait à l’origine du crime. L’identité des victimes a été confirmée par Leon Edart, responsable du centre et de la fédération des associations kurdes. Il s’agit de Fidan Dogan, permanente au centre d’information et responsable en France du Congrès national du Kurdistan, Sakine Cansiz « une des fondatrices du PKK » (parti des travailleurs du Kurdistan) et d’une jeune activiste, Leyla Soylemez. Après l’annonce des ces assassinats, des centaines de personnes se sont rassemblés ce matin devant l’immeuble pour crier leur colère. La fédération des associations kurdes à appeler les kurdes à se rassembler à Paris pour dénoncer cette attaque. Le ministre de l’intérieur Manuel Valls s’est rendu ce matin sur les lieux du crime, dénonçant des meurtres « insupportables » et a assuré que les autorités françaises étaient déterminées à trouver le ou les responsables de ce crime L’enquête a été confiée à la sous-direction antiterroriste (Sdat) et à la section antiterroriste (SAT) de la brigade criminelle de la police judiciaire.

D.D.