Actualités
Partager sur

Xhamster: le site bloque l’accès de son contenu à un état américain homophobe

Xhamster: le site bloque l’accès de son contenu à un état américain homophobe
Partager
Partager sur Facebook

La Caroline du Nord est sanctionnée pour sa loi jugée discriminante à l’encontre de la communauté LGBT... par le site pornographique XHamster.

Depuis le 11 avril, les habitants de l’état de la Caroline du Nord aux Etats-Unis n’ont plus accès au site pornographique Xhamster. En cause, l’adoption d’une loi qui a engendré une levée de bouclier. Cette loi oblige les personnes transgenres à utiliser les toilettes publiques de leur sexe de naissance. Baptisée House Bill 2, elle vient s’ajouter à une série de décisions qui permettent de contourner les lois de protection de la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres).

« Nous ne resterons pas là à pomper des recettes dans un système qui promeut ce genre de bêtises »

« Nous avons passé 50 ans à lutter pour l’égalité de tous. Ces lois sont discriminatoires, ce que XHamster.com ne peut pas tolérer », a confié un représentant du site pornographique au Huffington Post américain. Xhamster, qui a depuis bloqué toutes les adresses IP de Caroline du Nord, affirme que pas loin de 320.000 visiteurs en provenance de cet état ont visionné une vidéo dans la catégorie « gay » de la bibliothèque du site, et 490.000 personnes dans la catégorie « transsexuel ». Le représentant de Xhamster a ensuite ajouté, « nous ne resterons pas là à pomper des recettes dans un système qui promeut ce genre de bêtises ».

Avant Xhamster, Bruce Springsteen, Google ou encore Facebook avaient dénoncé la loi

Le fait que le site proteste et bloque l’accès à son contenu n’est pas anodin et n’est pas un acte isolé. Cela fait suite à la contestation du rockeur Bruce Springsteen, qui a annulé le 10 avril dernier son concert prévu en Caroline du Nord. Pour lui, « certaines choses sont plus importantes qu’un concert de rock ». De plus, quelques 150 signataires du secteur économique dont les représentants de Google, de Facebook ou encore d’Apple, ont adressé une lettre de contestation au gouverneur de l’état.