Actualités
Partager sur

Transports en commun: seulement un usager sur deux s’y sent en sécurité

Transports en commun: seulement un usager sur deux s’y sent en sécurité
Partager
Partager sur Facebook

Sur la période 2009-2013, seulement un usager sur deux déclarait se sentir en sécurité dans les transports en commun selon une étude paru mardi 12 mai.

Métro, RER, bus ou TGV, seulement un Français sur deux se dit en sécurité dans les transports en commun. C’est ce que révèle une étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) rendue publique ce mardi 12 juillet. Cette étude a été effectuée auprès de plus 52 000 personnes de plus de 14 ans ayant utilisé les transports en commun au cours des 24 mois précédent l’enquête. Mais cette étude sur le sentiment d’insécurité a été réalisée entre 2009 et 2013, c’est à dire avant les attentats de Paris.

Les femmes moins en sécurité dans les transports en commun

Plus d’un usager sur deux se sentait « toujours en sécurité dans les transports en commun » entre 2009 et 2013. L’étude note également que la proportion de Français se disant en sécurité dans les transports en commun « varie néanmoins selon le sexe, l’âge et (leur) fréquence d’utilisation ». Ainsi, il apparaît que plus des deux tiers des usagers âgés de plus de 65 ans s’y sentent « toujours en sécurité » Les femmes quant à elles sont loin d’être de cet avis. 20% d’entre elles déclarent se sentir « rarement » en sécurité dans les transports en commun contre 12 % des hommes. Elles sont également plus de la moitié a ne pas se sentir « toujours » en sécurité (51% contre 38% pour les hommes).

Le sentiment de sécurité diffère selon le profil des usagers

Au delà du sexe, l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales distingue des profils d’usagers « qui se différencient selon leurs caractéristiques socio-démographiques et leurs habitudes de transport », explique l’étude. Il apparaît ainsi que moins de la moitié des « actifs urbains », qui occupent ou recherchent un emploi se sentent toujours en sécurité. Les « inactifs », quant à eux sont 61 % à s’y sentir en sécurité. Et moins les usagers utilisent fréquemment les transports en commun, moins ils s’y sentent en sécurité. Les usagers occasionnels se sentent « rarement en sécurité » dans les transports en commun à 18 % contre 16 % en moyenne. Rappelons néanmoins que cette étude a été réalisée entre 2009 et 2013. Et les attentats de Paris survenus le 13 novembre dernier ont probablement changé la donne depuis.