fbpx
Actualités
Partager sur

Tourisme : les voyageurs boudent la France cette année

Tourisme : les voyageurs boudent la France cette année
Partager
Partager sur Facebook

La France était l’année dernière, une fois de plus, la première destination mondiale pour le tourisme. Mais beaucoup d’évènements ont perturbé et perturbent encore les touristes étrangers qui sont de plus en plus réticents à séjourner dans l’hexagone.

Passer ses vacances en France deviendra quelque chose de « has been » ? C’est ce que craignent les professionnels du tourisme comme les hôteliers, les restaurateurs, les musées, les magasins… A l’heure d’aujourd’hui, la France reste toujours à sa place, mais les professionnels qui vivent du tourisme s’alarment face à la perte d’attractivité de la France depuis plusieurs mois. Georges Panayotis, Président de MKG Group, un cabinet d’étude spécialisé dans le tourisme fait un bilan sur l’ensemble des perturbations. « Entre les attentats, les grèves, les violences lors des manifestations, le conflit des taxis et des VTC, les pénuries d’essence, les intempéries, les poubelles débordantes dans la rue pendant plusieurs jours, le mauvais temps, on n’a jamais cumulé autant de phénomènes négatifs qui ont abîmé l’image de la destination aux yeux des touristes étrangers » s’est offusqué le PDG.

L’image de la France à l’étranger

Didier Arino, directeur du cabinet Protourisme déplore l’image de la France à l’étranger « vu de l’étranger, le miroir sur ces événements est grossissant ». Parce que la France apparaît comme l’élève perturbateur des pays « développés », certains médias étrangers choqués, relayent très souvent des images chocs de la France : l’ hebdomadaire italien L’Espresso a titré récemment : Paris brûle. Le célèbre média britannique The Independent titrait « Qu’est-ce que la France a fait au bon Dieu ? ». Et CNN ouvre régulièrement son journal sur des images de violence en France. Lorsque les vitrines de l’hôpital Necker volent en éclats, cela est traduit par « les hôpitaux français sont attaqués ». Les étrangers ne risqueront pas d’aller dans un pays où les hôpitaux sont attaqués par des « fous furieux » s’ils ont un accident. Par ailleurs, il est bien connu que parce qu’ils ont un devoir de moral et une autorité régisseur, les médias du monde ne peuvent pas diffuser toutes les images qu’ils souhaitent, et pour cause, les images les plus choquantes d’attentats, de manifestations sont sur internet.

Les étrangers désertent l’Hexagone pour le tourisme

Georges Payanotis affirmait qu’ « au premier semestre 2016, les recettes hôtelières accusent une baisse de 30 % car le taux d’occupation a chuté et que les prix des chambres ont baissé. Frédéric Valletoux, président du Comité régional du tourisme pour Paris et l’Ile-de-France explique que « sur les quatre premiers mois de l’année 2016, la filière touristique francilienne a déjà perdu 460 millions d’euros de chiffre d’affaires ». Alors que les palaces affichent 85% d’occupation en général à cette période de l’année, il n’enregistre en ce moment que 50% d’occupation.

Néanmoins, même si la ville de Paris est très impactée, la province elle, ne subit pas un tel sort. Jean-Pierre Mas directeur de Les entreprises du voyage, estime que « les régions littorales s’en sortent mieux, même si certains touristes étrangers ont purement et simplement gommé la destination France de leur agenda ». Les premiers étrangers à éviter la France pour le tourisme sont les Japonais (-56 % au premier trimestre 2016). Suivent en suite, les Américains, les Coréens, les Australiens, les Russes (-35 %). Mais aussi la partie la plus aisée de la clientèle chinoise (-14 %), moins nombreuse mais plus dépensière que la moyenne. Un coup dur pour le tourisme, si les évènements ne se calment pas rapidement en France, l’été qui a déjà eu du mal a pointer le bout de son nez ne sera pas propice à tout ceux qui vivent du tourisme.