fbpx
Actualités
Partager sur

Syrie: des chars de l’armée turque pénètrent dans le territoire de l’Etat Islamique

Syrie: des chars de l'armée turque pénètrent dans le territoire de l'Etat Islamique

La Turquie a envahi le territoire occupé par l'Etat Islamique en envoyant une dizaine de chars de l'autre côté de la frontière. Le but étant de limiter le passage des djihadistes vers le pays. Mais pas seulement.

« Les forces armées turques et les forces aériennes de la coalition internationale ont lancé une opération militaire visant à nettoyer le district de Jarablus de la province d’Alep de l’organisation terroriste Daech (acronyme arabe de l’Etat Islamique) ». Cette déclaration issue du communiqué officiel du premier ministre turc va faire date. En effet des chars d’assaut turcs ont traversé la frontière et ont pénétré sur le territoire de l’Etat Islamique. Peu avant l’aube, mercredi 24 août, l’armée turque a entrepris l’opération militaire la plus importante contre l’Etat Islamique depuis le début du conflit syrien il y a cinq ans et demi. Soutenues par la coalition, les forces militaires ont envoyé une dizaine de chars afin de chasser l’Etat Islamique et les milices kurdes de Djarabulus, une zone frontalière avec la Turquie. Baptisée « Bouclier de l’Euphrate », a pour but de diminuer les possibilités de passage des djihadistes vers la Turquie et l’Europe.

Combattre l’Etat Islamique et les indépendantistes Kurdes

« Depuis 4 heures du matin, nos forces ont lancé une opération contre les groupes terroristes de Daech et du PYD », a déclaré le président Recep Tayyip Erdogan. Une manière pour la Turquie de créer une zone de sécurité, comme un tampon entre sa frontière et celle de l’Etat Islamique, afin de limiter le passage des terroristes vers le pays. En effet, la Turquie est la cible privilégiée des terroristes de l’Etat Islamique. Faisant partie de la coalition et de l’OTAN, de nombreux attentats ont éclaté sur le territoire turque depuis l’apparition de l’Etat Islamique dans le conflit syrien. Mais si la Turquie décide d’intervenir, c’est aussi pour se débarrasser des milices armées kurdes qui se trouvent sur cette même frontière. Le Kurdistan étant une région à cheval entre la Turquie, l’Irak et la Syrie, et qui réclame son indépendance depuis longtemps. La branche PKK, qui se situe dans les montagnes turques est très active et a déjà revendiqué plusieurs attentats.

La Turquie et les Etats-Unis sous tensions diplomatiques

Selon Le Monde, la Turquie considère d’ailleurs le Parti de l’union démocratique (PYD, kurde) et l’EI comme des organisations terroristes de la même manière. Les combats se sont donc engagés contre ces factions malgré que Washington, dirigeant de la coalition, soutienne les combats des Kurdes de Syrie et d’Irak dans les affrontements qui les opposent à l’Etat Islamique. Les relations entre les deux pays sont d’ailleurs extrêmement tendues. En effet, la Turquie reproche aux Etats-Unis de ne pas vouloir l’extradition de l’opposant Fethullah Gülen que le parti au pouvoir accuse d’avoir préparé le coup d’état échoué qui s’est déroulé au mois de juillet dernier.