fbpx
Actualités
Partager sur

Syrie: la cité antique Palmyre, avant et après Daech (photos)

Syrie: la cité antique Palmyre, avant et après Daech (photos)

Palmyre a été repris des mains de Daech il y a quelques semaines par l'armée syrienne. Cette cité antique a été saccagée par le groupe terroriste.

C’est le photographe Joseph Eid qui a pu comparer l’état de Palmyre avant et après son occupation par Daech. Avec d’anciens clichés, il est retourné sur place pour faire le constat déchirant d’une cité antique ravagée. Un patrimoine archéologique repris, fin mars, par l’armée syrienne. Le site est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Le photographe de l’Afp a comparé des photos qui ont à peine deux ans d’écarts, on ne peut que constater les dommages faits en si peu de temps.

Des dégâts irréversibles

Plus de vingt jours de combat auront été nécessaires pour reconquérir Palmyre. La ville était un point stratégique du conflit syrien. Et cette « reconquête » de la part de l’armée syrienne, épaulée par les forces russes, avait été vue comme une victoire contre Daech par la communauté internationale. Triste victoire quand on constate les dégâts infligés à cette cité classée au patrimoine mondial de l’Unesco et connue pour son riche patrimoine archéologique. Les photos de Joseph Eid ne laissent aucun place au doute. Des spécialistes affirment, de leur côté, que ces dégâts sont irréversibles. Tout n’a pas été détruit mais différents monuments des plus prestigieux du site ont presque été rasés. Comme l’Arc de triomphe, les temples de Baal et Baashimin.

Syrie: Palmyre, avant et après Daech

Tout le site de Palmyre n’a pas été détruit

« 80% de l’architecture du site archéologique n’a pas été touchée: la colonnade, l’agora, le théâtre, les ruines des bains, les temples de Nébo et d’Allat », a tempéré le directeur des Antiquités syriennes, Maamoun Abdulkarim. Malgré la destruction de certains joyaux, il se réjouit de pouvoir trouver d’autres trésors architecturaux de Palmyre. « J’étais le directeur des Antiquités le plus triste au monde, je suis aujourd’hui le plus heureux », a-t-il affirmé après la reprise de la ville. Maamoun Abdulkarim pense au futur et à la recontruction, « si nous avons l’approbation de l’Unesco, il nous faudra au moins cinq ans pour restaurer les bâtiments détruits et endommagés dans la cité antique de Palmyre. »

Photos: Joseph Eid, Afp