fbpx
Actualités
Partager sur

Yvelines: un lycée interdit le port du jogging

Yvelines: un lycée interdit le port du jogging
Partager sur Facebook

Dans les Yvelines, un lycée public a décidé d’interdire le port du jogging à l’intérieur de l’établissement. Une mesure incomprise par les parents.

A Limay, dans les Yvelines, le lycée Condorcet interdit à ses élèves de porter des joggings en cours. Cette décision est très contestée par les élèves et les parents.

Une décision contestée par les élèves et leurs parents

Une élève de seconde, citée par Le Parisien, explique qu’une de ses amies a déjà été sanctionnée. « Elle avait cours de sport le vendredi matin, mais elle a été collée. »

Le règlement intérieur du lycée Condorcet a introduit l’interdiction du jogging en mai dernier. Mais c’est seulement depuis la rentrée que la règle est appliquée. Les élèves contrevenants à la règle sont retenus le mercredi après-midi.

Les casquettes et autres couvres-chefs sont également interdits dans l’enceinte de l’établissement. Pour les élèves, ces mesures sont injustes et vont à l’encontre de leurs libertés. Les parents d’élèves non plus ne comprennent pas ce nouveau règlement.

Comme cette mère de famille qui a écrit une lettre à la proviseure du lycée et au rectorat. Elle explique dans Le Parisien que cette mesure est inégalitaire. Pour sa part, ses enfants continuent de s’habiller comme ils le veulent, « avec une tenue correcte, décente et sans signes religieux ostentatoires ».

Que dit la loi ?

La proviseure du lycée Condorcet refuse de s’exprimer sur le sujet. Quant à l’académie, elle ne possède aucune information qui justifie cette décision. Alors que la loi n’impose pas vraiment de règle sur les tenues vestimentaires à l’école.

Les élèves n’ont pas le droit de porter des signes religieux ostentatoires ni de vêtements qui pourraient mettre en danger les autres élèves. Ils ne doivent pas non plus avoir le visage couvert.

Autrement, ce sont les règlements intérieurs des établissements qui fixent les règles. Mais la plupart du temps ils se contentent d’imposer des tenues décentes et compatibles avec la laïcité.

Le problème est que chaque directeur peut ainsi interpréter le règlement comme il le souhaite. L’année dernière, à Charleville-Mézière, une élève avait été exclue de son lycée à deux reprises parce qu’elle portait une jupe trop longue.

La jeune fille musulmane avait expliqué à la presse retirer son voile avant d’entrer dans le lycée tous les matins. Et sa jupe n’avait apparemment rien d’exceptionnel comme le rapportent les articles de l’époque. Il s’agissait d’une jupe sombre et longue que la principale du lycée jugeait comme un signe religieux.

Les parents de la lycéenne se sont insurgés sur les réseaux sociaux en faisant naître le hashtag #JePorteMaJupeCommeJeVeux. Le Collectif contre l’islamophobie (CCIF) a recensé près de 130 cas d’élèves exclues pour les mêmes motifs.