fbpx
Actualités
Partager sur

Viol: elle sauve son agresseur de la mort pour se venger

vicitme de viol, elle sauve son agresseur

Alors qu’elle est victime de viol par son ex-conjoint, une femme l’a sauvé de la mort pour se venger.

La meilleure des vengeances, ce n’est pas forcément celle que l’on croit. C’est probablement la nouvelle philosophie de Susan Copestick. Cette femme explique au média anglais The Mirror qu’elle a sauvé la vie de son violeur lorsqu’il l’avait agressé en novembre 2014. En couple depuis 10 ans avec son agresseur, Peter Drummond, la femme de 62 ans décide de partir car elle ne trouvait pas de travail. Mais l’homme n’est pas d’accord et refuse de quitter la maison. Elle décide tout de même à partir chez sa mère.

Un abus de viagra pour la violer

L’homme ne supporte pas la rupture. Il la harcèle de textos et de coups de téléphone. Un matin, alors qu’il se présente devant la maison de son ex, il fait mine de lui demander des papiers administratifs. La femme accepte mais va vite le regretter. Elle déclare: « alors que je mets la bouilloire en marche pour faire du thé, il se glisse derrière moi et tient un couteau sous ma gorge en disant, plus de gentil Peter ». Sous la menace d’un couteau, la femme est obligé de se rendre. Elle est forcée à aller dans la chambre à coucher où elle se fait violer. Utilisant un nombre incroyable de viagra, il sort ensuite de la pièce en la menaçant de mort pour prendre des cachets. Mais celui-ci s’effondre, inanimé sur le sol de la cuisine.

Il fallait qu’elle sauve son violeur

Même si sa première envie n’est pas de le sauver, la victime raconte au Mirror: « Je voulais m’échapper, mais je ne pouvais pas le laisser mourir sans qu’il soit puni pour ce qu’il avait fait ». Elle appelle donc au secours et l’homme a la vie sauve. Mais très rapidement, Peter Drummond est condamné à dix ans de prison pour viol. Elle déclare : « Les gens pensaient que c’était bizarre d’avoir sauvé la vie de mon violeur. Mais je suis plus heureuse en sachant qu’il va souffrir pour les dix prochaines années, plutôt que de s’en être sorti comme un lâche ».