fbpx
Actualités
Partager sur

Une Toulousaine écrouée pour avoir jeté son bébé à la poubelle, le corps reste introuvable

Une Toulousaine écrouée pour avoir jeté son bébé à la poubelle, le corps reste introuvable

Soupçonnée d'avoir jeté le corps de son nouveau-né dans une poubelle, une Toulousaine âgée de 31 ans a été écrouée lundi dernier. Le corps du nourrisson n'a toujours pas été retrouvé à ce jour. Les policiers continuent leur enquête.  

Lundi dernier, une Toulousaine de 31 ans a été mise en examen pour homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans. Elle est soupçonnée d’avoir donné la mort à la petite Mélissa, peu de temps après lui avoir donné la vie, le 26 juillet 2015. Originaire de La Réunion, la femme vit dans la cité Empalot, à Toulouse. C’est sur son lieu de résidence qu’elle aurait jeté son nouveau-né dans un container poubelle. D’après ladepeche.fr, le bébé se serait vidé de son sang après la coupure du cordon ombilical.

Elle a reconnu avoir jeté son bébé vivant dans une poubelle

Le 8 août, la femme est placée en garde à vue à la suite d’une convocation des enquêteurs de la brigade de protection des familles. Au fil des auditions, ses dires évoluent et ne convainquent pas les enquêteurs. Comme quand elle explique que son bébé est mort à la naissance. Des éléments ont prouvé que l’enfant était en vie après l’accouchement. De même quand elle l’avait ramené chez elle, à la cité Empalot. En effet, des photos du nourrisson ont été découvertes sur son téléphone portable.

Mais, après plusieurs interrogatoires, elle aurait finalement reconnu s’être débarrassée du bébé dans un container poubelle, vivant, après avoir coupé le cordon ombilical. Ensuite, elle serait reparti au CHU Purpan, dans lequel elle travaille comme agent d’entretien, comme si de rien n’était. Un job qu’elle n’a jamais cessé d’exercer durant sa période de grossesse.

Le corps de l’enfant reste introuvable

Malgré nombres d’investigations aux alentours du domicile de la femme, et après avoir fouillé une dizaine de poubelles, aucun corps n’a été retrouvé. Seules quelques traces de sang, non visibles à l’œil nu, ont été relevées dans l’un des containers et sont actuellement en cours d’analyses. Les autorités s’intéressent également à six fausses couches suspectes que la femme aurait faîte antérieurement. Concernant le dernier nourrisson, ses proches affirment avoir été au courant de sa grossesse tandis que son compagnon a dit l’ignorer.

La femme a été mise en examen pour homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans tandis que les autorités.