Actualités
Partager sur

Sida 1 jeune sur 4 pensent qu’on peut l’attraper avec des préservatifs

Sida 1 jeune sur 4 pensent qu'on peut l'attraper avec des préservatifs
Partage
Partager sur Facebook

Le SIDA est une maladie trop peu connue par les jeunes. À quatre jours du Sidaction, un sondage tombe et inquiète les spécialistes. 

Le SIDA se considère comme la maladie incurable du siècle.Incurable car on ne peut pas l’éradiquer complètement même en prenant des médicaments toute sa vie.

Et les jeunes d’aujourd’hui n’y connaissent pratiquement rien. Un sondage réalisé par l’Ifop-Bilendi, sur 1000 jeunes de 15 à 24 ans, a de quoi inquiéter toutes les générations. Il annonce que 1/4 du panel interrogé n’est pas informé par rapport à cette maladie.

SIDA : une maladie dont les jeunes n’ont pas conscience

« C’est le niveau le plus haut atteint depuis 10 ans » répond Sidaction suite au sondage de l’Ifop-Bilendi. Avec une hausse de 12 points de jeunes mal informés quand on compare le sondage à celui de 2009. Nous apprenons dans le sondage que le VIH fait peur à 79% des jeunes. Nous apprenons aussi que 28% du panel pense que le VIH peut se transmettre pendant des rapports protégés avec un préservatif.

La moitié des jeunes savent qu’une personne malade du VIH sous traitement ne transmet pas la maladie. Tandis que 13% du panel pense que le SIDA se transmet en buvant dans le verre de quelqu’un d’autre. Ou bien aussi que la maladie peut se transmettre par la transpiration. Des données qui sont en baisses, mais qui ne sont pas rassurantes.

SIDA : le Sidaction va redoubler d’efforts

Le problème avec les maladies, c’est que tant que ça ne nous touche pas, on n’en a pas conscience. Et surtout, du fait que les jeunes ne sont pas éduqués à cette maladie qu’est le VIH. Pourtant, les écoles sont dans l’obligation d’insérer des cours d’éducation au SIDA au moins 3h/an. Avez-vous déjà eu un cours ou deux sur le VIH ? Surtout, qu’il y a beaucoup de jeunes qui ne se protègent pas et qui s’exposent sans conscience aux risques.

Souvent, les écoles font l’impasse sur ces cours qui sont très importants. Et cela joue forcément sur les idées reçues des jeunes et leurs rapports sexuels. La directrice de Sidaction, Florence Thune, le dit aussi : « Cela est une des raisons pour lesquelles les jeunes oublient que le VIH est toujours présent et qu’ils prennent des risques« .

Le 5, 6 et 7 avril le Sidaction va redoubler d’efforts pour sensibiliser le plus de jeunes possibles. En réajustant son discours, autant sur les rapports sexuels, que sur le SIDA en général.

Crédit photo : La Croix