Actualités
Partager sur

Sexisme: Une femme virée parce qu’elle ne portait pas de soutien-gorge !

Partage
Partager sur Facebook

Une Canadienne s'est vue licenciée par son employeur. La raison ? Elle ne portait pas de soutien-gorge. MCE vous en dit un peu plus.

Christina Schell était une jeune serveuse d’Osoyoos, un club de golf du Canada. Jusqu’à ce que son employeur décide de la virer. La raison ? La jeune femme ne porte pas de soutien-gorge. Preuve que le sexisme reste bien ancré dans le monde du travail.

Sexisme : Elle décide de ne plus porter de soutien-gorge et se fait virer

Difficile à croire. En effet, il est difficile de croire que le fait d’arrêter de porter des vêtements puissent vous porter préjudice. Et pourtant, c’est ce qui est arrivé à Christina Schell, aujourd’hui sans emploi. Auparavant, elle travaillait au restaurant du club de golf d’Osoyoos au Canada depuis quelques temps.

Cette jeune femme a pris une décision que la regarde, elle et personne d’autres. Effectivement, l’employé décide d’arrêter de porter des soutien-gorge afin de satisfaire son bien-être personnel. Alors que cette décision la regarde, son employeur a décidé de lui demander d’en porter à nouveau. Christina Schell, forcée de constater le sexisme dont fait preuve son parton, refuse. Il a alors pris la décision de la licencier.

L’employé va passer devant les tribunaux canadiens

L’affaire ayant fait du bruit, Shelby Thom une journaliste de poster plusieurs photos, pour prouver le sexisme de cette décision. En effet, dans un premier tweet elle dit : « Pas de soutien-gorge, pas de travail? Une serveuse du restaurant du club de golf #Osoyoos affirme avoir été forcée de quitter son travail pour avoir refusé de porter un soutien-gorge au travail. Maintenant, elle dépose une plainte pour atteinte aux droits humains »

Puis, elle poursuit avec une photographie du dress code de l’établissement : « Voici le code vestimentaire des restaurants Osoyoos Golf Club. Les femmes doivent porter un débardeur ou un soutien-gorge sous leur uniforme ». Enfin, elle finit ses tweets avec une photo de Christina Schell ainsi qu’une citation « ‘Je pense qu’aucun autre être humain ne devrait pouvoir dicter les sous-vêtements d’une autre personne’ déclare Christina Schell, serveuse âgée de 25 ans. Le directeur du club de golf Osoyoos, Doug Robb, a refusé de commenter ».