fbpx
Actualités
Partager sur

Salaires des femmes: le 2 novembre, les femmes ont arrêté de percevoir leurs salaires

Salaires des femmes: le 2 novembre, les femmes ont arrêté de percevoir leurs salaires

Les salaires des femmes ne sont plus versés depuis le lundi 2 novembre. Si cette déclaration vous choque, c'est pourtant la réalité sur la totalité d'un salaire annuel.

A partir du 2 novembre, les femmes européennes ne sont plus payées par leurs employeurs et ne recevront plus leurs salaires. Cela vous choque ? Et bien c’est pourtant la stricte vérité. Si les salaires des femmes seront tout de même versés normalement, la date fictive représente: « Lundi 2 novembre marque le jour de l’année où les femmes en Europe cessent de percevoir un salaire quand les hommes continuent d’être payés jusqu’au 31 décembre », rappellent trois commissaires européennes dans un entretint à Nouvelles News.fr. Pour bien comprendre, voilà les explications. Le salaire moyen des femmes est inférieur à 16,3% à celui des hommes. Sur la globalité d’une année, cela représente une différence salariale de 59 jours des salaires.

La France a moins de différences de salaires que les autres pays mais…

Autrement dit, si les versements seraient équivalant à partir du 1er janvier, les salaires des femmes s’arrêteraient au début du mois de novembre. Les commissions européennes rappellent l’injustice de ce procédé qui « s’accumule au long des carrières des femmes et résulte en un écart de pensions de retraites encore plus significatif, les pensions des femmes étant inférieures de 39% à celles des hommes ». Dans leur manifestation, les commissaires soulignent qu’ « au rythme actuel, les écarts de salaire entre sexes se réduisent si lentement que nous devrons attendre 70 ans, soit deux générations, pour atteindre l’égalité salariale ». Si la moyenne d’écart salariale entre homme et femme est en moyenne de 16,9% en Europe, la France est légèrement en dessous de la moyenne avec une différence nette de 15,2%.

Des différences liées notamment au phénomène de grossesse

Le Haut Conseil à l’égalité a d’ailleurs publié un communiqué à l’occasion du 2 novembre, dans lequel il rappelle « quelques-uns des facteurs qui contribuent à cette inégalité des salaires dans l’ensemble de l’Union européenne ». On y retrouve le manque de postes à responsabilité souvent occupés par des hommes, le partage inégal des tâches domestiques, le temps partiels qui concerne une femme salariée sur trois et les interruptions de carrières liées aux grossesses et au congé parental qui indexe directement sur les salaires. Dans son communiqué le Haut Conseil explique que « les emplois essentiellement occupés par des femmes sont dévalorisés, et la discrimination salariale, bien qu’illégale dans les 28 Etats-membres, persiste partout », ajoutant que la commission européenne doit « poursuivre et amplifier sa volonté de voir les Etats-membres prendre des mesures ambitieuses pour assurer l’égalité salariale entre les femmes et les hommes ».