fbpx
Actualités
Partager sur

Université : un homme fiché S repéré aux abords de la fac de Rouen

Université : un homme fiché S repéré aux abords de la fac de Rouen

L’université de Rouen a été évacuée hier après-midi après qu’un homme fiché S a été aperçu en train de rôder autour de la faculté

Un homme au comportement suspect a été interpellé par la <strong>Brigade de Recherche et Intervention (BRI) et la Police Judiciaire hier. Repéré rôdant aux alentours de l’ université de Rouen, un homme fiché S et considéré comme salafiste, a suscité l’inquiétude des étudiants et professeurs de la faculté de Droits et de Sciences Economiques.

L’homme, fiché S, arrêté, l’ université fermée

Un homme habillé en djellaba a été aperçu par un étudiant alors qu’il faisait des allers-retours devant l’université mardi après-midi. Prenant des photos de la faculté de Droits et de Sciences Economiques, l’étudiant a trouvé son comportement suspect et a suivi l’homme âgé d’une vingtaine d’années jusqu’à sa voiture.

L’étudiant a ensuite relevé sa plaque d’immatriculation et alerté la police. Après avoir mené une surveillance étroite, la BRI et la Police Judiciaire sont allées arrêter le suspect mercredi matin, à son domicile à Val-de-Reuil (Eure).

L’université, située à quelques pas de la préfecture de la région a été évacuée peu après l’interpellation du suspect. Selon Paris-Normandie, les étudiants ont été évacués pendant les cours. Et les policiers ont mené une « fouille de sécurité » dans l’université avec l’aide des services de déminage.

Le doyen de l’université a ensuite alerté les étudiants que les cours du jeudi étaient annulés sur Facebook et par mail. L’université ne devrait pas rouvrir ses portes avant lundi matin. Une présence policière est prévue pour renforcer la sécurité dans l’université.

Une menace prise au sérieux

Selon les informations de France 3 Normandie, cette menace a été prise très au sérieux. La police a également perquisitionné le domicile de cet homme fiché S. Elle n’y aurait pas trouvé « de choses particulières », c’est-à-dire ni armes ni explosifs. Mais les forces de l’ordre auraient saisi son matériel informatique.

L’homme fiché S arrêté hier n’était pas connu à l’université et n’y étudiait vraisemblablement pas. Cependant, comme Najat Vallaud-Belkacem l’a déclaré ce matin sur RMC, 600 élèves font aujourd’hui l’objet d’une surveillance après des signalements pour des propos tenus ou des comportements jugés suspects.