fbpx
Actualités
Partager sur

Rhône: on en sait un peu plus sur l’agresseur de la jeune lycéenne poignardée devant son lycée

Rhône: on en sait un peu plus sur l'agresseur de la jeune lycéenne poignardée devant son lycée

Une lycéenne avait été poignardée devant son lycée par un collègue de classe. On en sait maintenant plus sur les relations entre les deux pensionnaires du lycée.

Une jeune lycéenne a été poignardée devant son lycée lundi 12 septembre. Si l’agresseur a été interpellé, son mobile n’est pas connu. Mais aujourd’hui, les autorités ont réussi à en savoir plus sur celui qui a agi devant l’entrée de son lycée, dans le département du Rhône. Il s’avère qu’il connaissait très bien sa victime, ils seraient même devenu amis. Le mobile reste donc flou, mais le profil du jeune homme se dessine de plus en plus. Alors que celui-ci a été placé en garde à vue, il a rapidement reconnu les faits. Il a même confié que sa victime et lui étaient devenus amis et que l’idée de la tuer « avait germé pendant l’été », selon BFMTV. Un acte qui semble donc prémédité même si cela reste incompréhensible pour les enquêteurs. De son côté le procureur de la République de Lyon va ouvrir une une information judiciaire pour « tentative d’assassinat ».

Le jeune lycéen avait plusieurs lames sur lui

Lors de l’arrestation, les forces de l’ordre ont découvert sur l’agresseur « un couteau Opinel ainsi qu’un mousqueton dissimulant deux petites lames ». Selon le communiqué du procureur de Villefranche-sur-Saône, le jeune homme se serait servi d’une lame de 15cm pour poignarder la lycéenne à une cinquantaine de mètres du portail d’entrée du lycée. La victime avait alors été prise en charge par un médecin. L’intervention de l’infirmière scolaire et du corps professoral ont aussi permis de la maintenir en vie. Malgré tout, son pronostic vital semble toujours engagé.

Le débats sur la sécurité au lycée refait surface

Le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, avait pour projet d’installer des portiques de sécurité devant les lycées. Son projet n’a pourtant pas vu le jour pour des raisons budgétaires. Malgré tout, le débat sur la sécurité des établissements scolaires refait surface. Pour le moment, une cellule psychologique a été mise en place au sein du lycée.