fbpx
Actualités
Partager sur

Rhône: une jeune lycéenne de 15 ans poignardée devant son lycée

Rhône: une jeune lycéenne de 15 poignardée devant son lycée

Une jeune lycéenne de 15 ans a été poignardée devant son lycée dans le Rhône. Si le pronostic vital de la jeune fille est engagé, le mobile d'un tel acte n'a pas encore été défini par les enquêteurs.

Tout a débuté à la sortie des cours du lycée Louis Armand à Villefranche-sur-Saône. Il est 16h30 quand une lycéenne de 1ère reçoit plusieurs coups de couteau de la part d’un autre lycéen. Celui-ci est aussi scolarisé dans le même établissement scolaire. Cette agression d’une violence incroyable a été perpétrée dans l’enceinte même du lycée. Selon les informations de l’AFP, les faits se sont produits juste devant le portail de l’établissement. Une information confirmée par l’académie de Lyon lundi 12 septembre, dans un communiqué de presse. C’est LCI qui dévoile ce communiqué expliquant que la jeune lycéenne a été attaquée de « plusieurs coups de couteau dans le dos et au cou ».

Le pronostic vital de la victime engagé

L’agresseur est lui aussi un lycéen de 15 ans. Selon le communiqué, ce sont les personnels du lycée présents sur place qui ont pratiqué les premiers soins à la jeune fille. Les pompiers sont arrivés rapidement sur les lieux pour tenter de la sauver. L’état de santé de cette dernière était inquiétant ce qui a poussé les secours à héliporter la victime vers l’hôpital. Si la lycéenne a été un temps en arrêt cardiaque, celle-ci a repris connaissance mais son pronostic vital reste engagé.

L’agresseur a lui été interpellé immédiatement. Il disposait de trois couteaux différents ce qui a poussé le procureur à annoncer l’ouverture d’une enquête judiciaire. Pour le moment, aucun mobile n’a été dévoilé. LCI confirme d’ailleurs que le parquet refuse de parler d’acte terroriste, faute de preuves. Une cellule psychologique a été ouverte au sein du lycée pour accompagner les élèves, les parents et le corps éducatif.

La sécurité au lycée, un débat politique de plus en plus insistant

Laurent Wauquiez, actuel président de Les Républicains et président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, avait dans l’idée d’installer des portiques de sécurité à l’entrée de établissements scolaires. Mais il avait fait marche arrière après de nombreuses protestations. La principale raison semblait être une question économique. En effet, une telle mesure aurait coûté la bagatelle de 20 millions d’euros. Le conseil régional n’ayant voté que la moitié du budget en avril dernier.