fbpx
Actualités
Partager sur

Prud’hommes: une caissière licenciée par son supermarché pour une erreur de 5,32 euros

Prud'hommes: une caissière licenciée par son supermarché pour une erreur de 5,32 euros

Vanessa, une caissière de supermarché de 37 ans a été licenciée par son employeur pour une erreur de caisse de 5,32 euros. Celle-ci est tout simplement révoltée et envisage de porter plainte.

Vanessa, caissière dans un supermarché de Mézières-sur-Seine dans les Yvelines, n’en revient pas de la lettre de licenciement qu’elle a reçu. Cette histoire relatée par le Parisien explique que la jeune femme a été renvoyée pour faute grave selon son entreprise. Le détail de cette faute a été expliqué dans la lettre. Il y ait écrit que : « volontairement, vous n’avez pas scanné un pack de bière Pelforth brune d’une valeur de 5,02 €, ni deux sacs en plastique d’un montant unitaire de 0,15 € ». Même après relecture de la lettre, la caissière de 37 ans n’en revient et explique son mécontentement.

La caissière va envoyer son affaire au prud’hommes

La caissière a d’ailleurs décidé de lancer une procédure au tribunal des prud’hommes de Mantes-la-Jolie explique le Parisien. Celle-ci a tenté de se défendre auprès de son responsable en déclarant: « je suis travailleuse handicapée, c’était la fin de journée, j’étais épuisée. Le client était un habitué, il parlait beaucoup et j’ai oublié de scanner sa bière ». Elle a ensuite ajouté qu’elle reconnaissait entièrement la faute qui lui était reprochée, mais en aucun, la caissière explique n’avoir participé à une fraude. C’est pourtant ce point que son employeur tient à soulever comme justificatif de son licenciement.

Le magasin se défend de lutter contre la fraude

Au coeur du courrier de licenciement envoyé à la caissière, le directeur du supermarché explique cette procédure par « un comportement frauduleux, pas en conformité avec les valeurs élémentaires de probité et d’honnêteté », est-il écrit dans le Parisien qui ajoute que « vous avez notamment en charge la lutte contre la fraude des clients, vous devez vous imposer la même rigueur que vous devez adopter à l’égard des clients ». Malgré tout, la « fraude » identifiée de la jeune femme ne représente qu’une somme dérisoire de 5,32 euros.