fbpx
Actualités
Partager sur

Des propos d’Adolf Hitler soutenus sans le savoir par des anti-migrants

Des propos d’Adolf Hitler soutenus sans le savoir par des anti-migrants
Partager
Partager sur Facebook

Alors que plusieurs discours de haine à l'encontre des migrants fleurissent sur Internet, le DailyMail a voulu montrer que certaines idées sont proches de la pensée du parti nazi à l'encontre des juifs dans les années 30.

Depuis le début des arrivées de migrants en Europe, de nombreux médias sont confrontés (dans les commentaires sur les sites et sur les réseaux sociaux) a un déferlement xénophobe et violent à l’égard des réfugiés. C’est presque devenu une habitude de voir plusieurs commentaires tendancieux publiés et approuvés par les internautes. Et pour montrer la violence de ses commentaires, le quotidien britannique DailyMail a voulu tenter une petite expérience qui fait froid dans le dos. Leur but, reposter des phrases d’Adolf Hitler ou de ses lieutenants, en changeant le mot « juifs » par « migrants ». Et le résultat est incroyable. 

Mein Kampf d’Adolf Hitler ou discours nazi, logés à la même enseigne

Par exemple, dévoilé sur le site internet Planet.fr, le commentaire de Robert Ley, principal organisateur du parti nazi, la phrase : « Cette lutte contre les migrants est sans équivoque. Toute demi-mesure mènera à notre propre destruction. Il n’y a pas d’autre choix que de mener un combat sans pitié contre eux, sous toutes les formes », récolte près de… 193 « j’aime ». Même constat pour une citation de « Mein Kampf » : « Si nous ne menons pas cette lutte jusqu’au bout, on pourra jeter un regard sur ce que seront les habitants de l’Angleterre dans 500 ans et on n’en trouvera pas beaucoup à l’image de Dieu ». Résultat, 55 likes contre 0 dislike…

Une expérience qui révèle la violence des propos

Selon le quotidien britannique, le but de cette expérience était de montrer la violence de certains propos, et comment ceux-ci pouvait être véhiculés sur internet, et même être approuvés par des personnes lambdas. Pour le journal, la conclusion semble simple, le débat sur les migrants a atteint un point où la totalité des discours de haine, considérés comme objectif, arrivent facilement à passer pour un opinion politique populaire. Des exemples qui prouvent que l’humanité n’apprend que très peu des leçons que lui donne le passé.