Actualités
Partager sur

Un professeur agressé dans le lycée où une collègue avait été braquée !

Partage
Partager sur Facebook

Un professeur c'est fait agresser par un élève dans le même lycée qu’une de ses collègue, agressée elle aussi il y a environ un mois.

A Créteil, un éléve de 18 ans a été placé en garde à vue ce mardi 20 novembre dans l’après-midi. Après avoir poussé et insulté son professeur au Lycée Edouard-Branly situé à Créteil, dans le Val-de-Marne. L’élève a été arrêter pour « violences et outrage ».

Un élève agresse un professeur dans un lycée de Créteil

Lundi 19 novembre, l’élève en première année électrotechnique a poussé son enseignant qui lui demandait de sortir de cours. Il l’a également insulté. Le professeur a déposé plainte le jour suivant, mardi 20 novembre pour violences aggravées et outrage à personne chargée d’une mission de service public. Selon les informations reçues de source proche de l’enquête, l’élève, encore inconnu des servies de police et de justice, reconnait les faits.

Il a donc été exclu a titre conservatoire, indique mercredi 21 novembre l’académie de Créteil dans un communiqué. Un conseil de discipline aura également lieu. Le recteur de l’Académie de Créteil « condamne avec force cet acte isolé ».
Il explique que « le rectorat l’accompagnera autant que de besoin ». L’enseignant a porté plainte immédiatement, soutenue pour sa hiérarchie.

Une enseignante menacée par un élève dans le même lycée

On se souvient bien évidemment de l’enseignante, menacée avec une arme factice par un élève au mois d’octobre dernier. Il se trouve que l’incident de ce lundi a eu lieu dans le même lycée. L’élève de 16 ans avait été définitivement renvoyé du lycée Édouard-Branly. Mis en examens pour violences aggravées commises avec une arme, bien que factice, sur un enseignant. De plus, dans un établissement scolaire. Quant à l’enseignante, elle avait écopé de 7 jours d’interruption temporaire de travail (ITT). A l’heure ou le mouvement pas de vague continu de prendre de l’ampleur, de plus en plus d’agressions envers les professeurs sont rapportées. Et même si l’état réfléchit à plusieurs manières pour gérer le problème, encore beaucoup d’enseignants sont victimes, chaque jour, de leurs élèves.