Actualités
Partager sur

Prêtres Pédophiles: l’Eglise demande pardon pour leurs actes

Prêtres Pédophiles: l'Eglise demande pardon pour leurs actes
Partager
Partager sur Facebook

L'Eglise catholique française a lancé une journée de pardon pour les victimes de prêtres pédophiles. Une journée symbolique pour lutter contre ce fléau.

C’est lors de la pénitence de Lourdes que l’Eglise de France va demander pardon. Les évêques réunis dans une assemblée plénière ont invité tous les chrétiens de France à prier. Ces prières dans un but bien précis, soutenir les victimes des prêtres pédophiles. La conférence des évêques a en effet demandé « d’abord une prière pour les victimes » mais aussi « une demande de pardon pour les fautes commises par les membres du clergé », explique le Figaro. Cette prière va dans un seul sens: « pour que les acteurs de l’Église aient une conscience toujours plus vive de leur responsabilité ».

Pour Monseigneur Luc Crépy, évêque du Puy-en-Velay depuis 2015 et interrogé par La Croix, « c’est une manière de montrer que c’est toute l’Église en France qui répond à l’invitation lancée par le pape à l’ensemble des conférences épiscopales de mettre en place ». Il a ensuite ajouté que tous « les évêques, tous rassemblés à Lourdes, confieront spécialement à Marie la douleur des victimes ».

Lutter contre la pédophilie dans l’Eglise en d’une manière générale

En conséquence, une journée solennelle sera mise en place et sera conclue par une conférence de presse. Celle-ci dévoilera les chiffres de la cellule permanente de lutte contre la pédophilie (CPLP) créé en avril 2016. Cette cellule placée sous l’autorité d’Alain Christnacht a pour objectif de recenser tous les cas, anciens et nouveaux, selon le principe de tolérance zéro.

La France fait d’ailleurs parti des pays les plus exemplaires dans sa volonté de transparence sur les traitements de cas pédophiles. Les premières mesures avaient été mises en place en 2000. Il s’agissait de mesures publiques pour prévenir et lutter contre les attaques de prêtres pédophiles. Un problème qui ne touche pas seulement le clergé mais aussi les autres corps de métiers aux contacts d’enfants souligne Le Figaro.

La France pas épargnée mais exemplaire sur les cas de prêtres pédophiles

Le scandale des prêtres pédophiles avait fait scandale en premier lieu aux Etats-Unis dans la région de Boston. En février 2002, un scandale d’abus sexuels commis par des prêtres américains sur des mineurs éclate dans le diocèse de Boston. Une enquête réalisée par des journalistes du Boston Globe avait révélé l’affaire.

En France, les cas d’abus sexuels de prêtres pédophiles sur les mineurs étaient généralement traités en interne et dans la confidentialité. Ils étaient basés sur les témoignages des évêques. Dans la majorité des cas, le changement d’affectation du prêtre était la seule sanction. Le risque de récidive, le besoin de thérapie ou encore aucune sanction pénale n’étaient pris en compte.

C’est d’ailleurs à la fin des années 90 que plusieurs scandales avaient éclaté et une dizaine de prêtres et de religieux ont été mis en examen. Le cas le plus grave fut celui de l’abbé Bissey. En septembre 98 il est accusé d’une douzaine de viols et d ‘agressions sur mineurs entre 1985 et 1996. Le 6 octobre 2000, il a été condamné à 18 ans de prison. Une affaire qui avait aussi conduit à la condamnation de Mgr Pierre Pican. Lui, avait été condamné pour « non-dénonciation de crime et non-dénonciation d’atteinte sexuelle sur mineurs de 15 ans ». La justice l’avait alors condamné à 3 mois de prison avec sursis.