fbpx
Actualités
Partager sur

Pollution: la journée sans voiture fait respirer Paris

Pollution: la journée sans voiture fait respirer Paris

La pollution à Paris a fortement diminué ce dimanche 25 septembre. En cause ? La journée sans voiture entreprise par la ville de Paris.

Il faut bien avouer que le statut des automobilistes à Paris fait débat. Mais avec sa journée sans voiture dans la capitale française, la maire de Paris, Anne Hidalgo, prouve que la pollution parisienne peut être limitée. En effet, lors de cette journée qui interdisait l’utilisation des véhicules motorisés dans le centre de Paris, la pollution a fortement diminué. Une baisse moyenne entre 20 et 35% de dioxyde d’azote selon les stations d’Airparif. Dans un communiqué, l’association de surveillance de la qualité de l’air a salué « l’impact positif sur la qualité de l’air ». Au sein du communiqué, Airparif précise que « pour cette deuxième édition des « Journées sans voiture » à Paris, l’impact positif sur la qualité de l’air des rues fermées au trafic se confirme ».

Un indicateur de la pollution à Paris

Et il faut avouer que la pollution parisienne en a pris un coup dimanche. En effet, le communiqué d’Airparif précise que « par rapport à un dimanche comparable (le 11 septembre 2016, sans restrictions de trafic mais avec une météorologie similaire), une baisse moyenne de 20 à 35 % de dioxyde d’azote a été observée sur les stations d’Airparif situées dans le périmètre concerné ». Le dioxyde d’azote est un bon élément qui permet de calculer le trafic et la pollution dans une zone concentrée. Il est moins réactif aux réactions chimiques dans l’atmosphère que l’ozone et les particules.

Une journée sans voiture qui a libéré la capitale

La journée sans voiture et une mesure pour lutter contre la pollution dans la ville de Paris. En effet, dimanche 25 septembre, les Parisiens ont été invités entre 11h et 18h, à ne pas utiliser leur voiture afin de n’avoir aucune circulation dans la capitale. L’objectif était de promouvoir les transports considérés comme non polluant. Malgré une météo mitigée et un soleil qui a peiné à percer, cette journée a été une véritable réussite. Lors de cette édition, 650 kilomètres de routes étaient totalement interdites d’accès aux automobiles. Un réseau fermé qui s’étendait sur la moitié des rues parisiennes. De plus, dans les zones de circulation tolérées, la vitesse y était limitée à 20 kilomètres heure