fbpx
Actualités
Partager sur

Pierre-Emmanuel Barré démissionne après avoir été censuré sur France Inter

Pierre-Emmanuel Barré démissionne après avoir été censuré sur France Inter

Pierre-Emmanuel Barré démissionne de France Inter après que Nagui lui a refusé une chronique sur l'abstention dans son émission de mercredi.

C’est loin des traditionnels plateaux de France Inter que Pierre-Emmanuel Barré présentait sa chronique hebdomadaire mercredi.

Les auditeurs de France Inter ont probablement été surpris, voire même déçus, mercredi midi. En écoutant l’émission de Nagui qui passe en milieu de journée, ils n’ont pas retrouvé la voix de Pierre-Emmanuel Barré. L’humoriste avait en effet décidé de ne pas faire sa chronique suite à un désaccord avec la chaîne. C’est plus tard dans la journée que les choses se sont précisées.

Une chronique censurée dans un climat politique incertain

Ce jeudi matin, coup de tonnerre dans les couloirs de la Maison de la Radio. Pierre-Emmanuel Barré a claqué la porte de France Inter apprend-on dans la presse. En cause, une chronique diffusée en fin d’après-midi mercredi sur sa page Facebook. Le chroniqueur humoriste de France Inter y apparaît dans une pièce simple aux murs blancs. Sans autre décor qu’une feuille A4 où l’on voit le logo France Inter grimé de la mention « France Interne ». Sans aucune explication, Pierre-Emmanuel Barré déclame une chronique de son cru, comme s’il était à l’antenne, à son habitude. Humeur, humour, jeux de mots sont au rendez-vous. Même la traditionnelle blague sur les chats.

Tout juste dit-il en début de chronique : « on m’a demandé de ne pas faire cette chronique ce matin sur France Inter ».

Le sujet du jour : l’abstention. Pierre-Emmanuel Barré explique qu’il est en faveur de l’abstention. Il se dit même fier car l’abstention a été le premier parti de France dimanche au soir du premier tour de la présidentielle 2017. Selon lui, c’est même l’abstention qui devrait faire le débat face à Emmanuel Macron dans cet entre-deux-tours. Il dénonce également les discours moralisateurs de cet entre-deux-tours qui refusent l’abstention. Selon lui, « on fait moins le jeu du FN que les 7 millions d’électeurs qui ont voté FN ».

L’abstention, le sujet tabou des médias

Il se grime en un représentant de ces fameux moralisateurs et de l’abstention à tour de rôle pour défendre les deux points de vue. Ridiculisant, au passage, lesdits moralisateurs.

« Ah, désolé, je viens de me rendre compte que je suis con, » dit-il avec la voix du moralisateur. Pour le second tour, il prône donc encore une fois l’abstention. Il assume le fait de ne pas choisir entre les deux candidats.

« Vous pensiez vraiment que j’allais dire que je vote pour Macron. Et ba non, je n’aime pas son programme, je ne vote pas pour lui. C’est ça la démocratie. Et ça ne veut pas dire que je soutien le Front National. »

Suite à cette censure, Pierre-Emmanuel Barré démissionne

Problème. Ce n’est pas exactement la vision que ce fait Nagui de l’abstention. L’animateur de l’émission « La Bande Originale » où Pierre-Emmanuel Barré tient sa chronique lui a donc refusé son passage. Dans le Parisien ce jeudi matin, il s’explique.

Sur le coup, je lui ai simplement dit qu’il n’était pas clair sur l’abstention. Qu’il casse Macron ou Le Pen, OK. Mais qu’il encourage l’abstention, c’est faire le jeu du FN. Mais il a préféré ne pas venir à l’antenne.

Laurence Bloch, directrice d’antenne à France Inter regrette aujourd’hui la décision de Pierre-Emmanuel Barré de démissionner de la chaîne.

« Chez nous, les chroniqueurs ont une liberté absolue. C’est regrettable et dommage de démissionner dans la presse… »

En effet, ce qui fait l’originalité de France Inter, c’est la liberté de ton laissée aux chroniqueurs humoristes. Pierre-Emmanuel Barré en particulier, avec sa chronique sans aucun filtre était devenu un des visages de la chaîne.