Actualités
Partager sur

PEGI: une campagne d’information sur la classification des jeux vidéo

PEGI: une campagne d'information sur la classification des jeux vidéos
Partager
Partager sur Facebook

PEGI va lancer une campagne de sensibilisation à l'attention des parents. Objectif ? Leur faire comprendre les intérêts de la classification.

Il faut avouer que la classification PEGI adaptée aux jeux vidéo peut paraître floue pour certaines personnes. C’est dans ce cadre là que PEGI (Pan European Game Information) va lancer une nouvelle campagne de sensibilisation. Le but est avant tout de faire comprendre l’importance de cette qualification. En effet, les jeux violents classés PEGI 16 ou PEGI 18 ne sont pas interdits à la vente pour les jeunes enfants. « Le jeune pourra se procurer le jeu de toute manière. Que ce soit par téléchargement ou par un ami majeur… », explique Serge Tisseron, pédopsychiatre présent lors de la conférence.

Cette campagne ne vise d’ailleurs pas à sensibiliser les jeunes, mais plutôt les parents, qui sont parfois étranger à ce monde. « Le but de la campagne est de créer le débat au sein des foyers. Permettre une pratique plus responsable des jeux vidéo », nous explique Emmanuel Martin, Délégué Général du SELL et Administrateur PEGI pour la France.

Une classification PEGI précise, voulue par les éditeurs

PEGI n’est pas née de rien. Alors que 90% des jeunes de moins de 24 ans jouent aux jeux vidéo en France, il était d’utilité publique d’informer des dangers. D’ailleurs, comme l’expliquent les principaux protagonistes de la conférence, les éditeurs travaillent en fonction de cette classification. Cette dernière a été mise en place en 2003 après l’accord du gouvernement français. Elle se décline en plusieurs points. Les premiers critères sont l’accessibilité de l’âge liée aux images transmises par le jeu. Mais ce n’est pas tout. PEGI édite aussi des pictogrammes sur la boîte du disque indiquant les différents critères du game play. Ainsi, si le jeu comporte des scènes de sexe, de drogue ou de violence, elles seront annoncées lors de l’achat du jeu.

Le rôle de la relation parent enfant très important

Le problème, c’est que beaucoup de parents associent le jeux vidéo aux jeux classiques. « Dans ces cas là, la limite d’âge devient secondaire », explique le pédopsychiatre. Le problème vient du fait que cette pratique relève de l’immersion et de l’implication du joueur. Du coup, l’impact devient émotionnel. Dans de tels conditions, il est difficile pour des personnes qui ne connaissent pas cet univers, de ne pas assimiler toutes les conséquences que cela peut avoir sur un enfant.

Dans ces cas là, Emmanuel Martin préconise la discussion. « Il est parfois marrant de voir les rôles s’inverser. Cette fois, c’est l’enfant qui est spécialiste et le parent qui est le novice. Cela permet une toute nouvelle approche des choses », explique-t-il à MCE le sourire aux lèvres.