fbpx
Actualités
Partager sur

Un passager d’EasyJet se fait taser à cause d’un excédent de bagages

Un passager d'EasyJet se fait taser à cause d'un excédent de bagages

Au Royaume-Uni, un homme de 37 ans, qui embarquait pour un vol EasyJet en direction de Belfast, s'est fait taser par la police. Il était en excédent de bagage et avait refusé de remettre sa sacoche.

Il y a de l’électricité dans l’air. Jeudi, un homme de 37 ans qui s’apprêtait à embarquer depuis l’aéroport Gatwick, à Londres, en direction de Belfast, s’est fait taser par la police. La raison ? Il était en excédent de bagages et refusait de remettre sa sacoche, avec laquelle il n’avait pas l’autorisation d’embarquer.

Il se fait taser par la police pour des raisons de sécurité

Si vous avez eu l’occasion de prendre l’avion, vous savez qu’il faut faire très attention au poids de vos bagages si vous ne voulez pas vous les voir refusés du vol. L’homme a qui est arrivé la mésaventure jeudi fera plus attention lors de  son prochain voyage. En effet, alors qu’il s’apprêtait à embarquer pour le vol EZY831 de la compagnie aérienne low cost EasyJet, l’homme a été tasé par les services de police de l’aéroport de Gatwick, situé dans la capitale anglaise, rapporte Metronews.

« Nous ne tolérons pas les comportements abusifs ou menaçants à bord »

Jugé non coopératif par le personnel de bord, l’homme a crée une dispute qui a mal tournée, d’après la compagnie aérienne. Pour des raisons de sécurité, les forces de l’ordre ont été obligé d’intervenir. « Si ces incidents sont rares nous les prenons très au sérieux et nous ne tolérons pas les comportements abusifs ou menaçants à bord », a réagi une porte-parole d’EasyJet.

L’homme a été placé dans une unité psychiatrique

La porte-parole d’EasyJet a continuer d’expliquer la réaction des policiers : « La sécurité et le bien-être des passagers ainsi que du personnel du bord est toujours une priorité ». Après son arrestation, l’individu a été placé dans une unité psychiatrique, a annoncé un porte-parole de la police locale. La crise de nerfs de l’homme, accompagnée de la réaction mouvementée, des policiers, ont valu aux reste des passagers un retard d’une heure trente.