Actualités
Partager sur

Paris : une étudiante américaine violée dans le métro

Une étudiante américaine qui se rendait à la station de métro Dupleix s'est fait violée à Paris. L'auteur de l'agression est toujours en fuite

Hier, une étudiante américaine âgée de 19 ans a été victime d’un viol dans le métro parisien. La jeune femme a expliqué aux policiers qu’un homme l’avait suivi dans l’escalator de la station Dupleix, avant de l’agresser sexuellement.

Le violeur toujours en fuite

Il est à peine 10h30 du matin, lorsqu’une jeune américaine s’apprête à prendre le métro Parisien dans le 15ème arrondissement de la capitale. L’étudiante se dirige alors vers la station de métro Dupleix, sur la ligne 6. Mais dans l’escalator, la ressortissante américaine commence à sentir la présence d’un individu qui visiblement l’a suit de près. L’homme parvient rapidement à se placer derrière elle. C’est à ce moment que l’agression a lieu. Violemment, l’homme lui baisse son pantalon avant de la pénétrer digitalement. Malgré la brutalité de la scène dont elle est victime, l’étudiante se défend et hurle pour faire fuir l’individu. Face aux cris de la jeune femme, l’agresseur ne tarde pas à partir en courant. Les caméras enregistrent alors sa fuite. Selon des sources policières, aucun individu n’a été interpellé pour le moment et l’auteur du viol est toujours inconnu.

L’étudiante décide de porter plainte

Toujours sur les lieux de l’agression et en état de choc, l’américaine décide immédiatement d’appeler la police. Des passants n’ayant pas assisté à la scène mais constatant la détresse de la jeune femme l’aident alors à se remettre de ses émotions, tandis que la police ainsi que les pompiers sont en route. Conduite à l’hôpital Saint-Joseph, dans le 14ème arrondissement de Paris, la victime décide de porter plainte pour viol contre X. Pour le moment, la sûreté régionale des transports est en charge de l’enquête. Les policiers en charge de cette affaire, tentent actuellement d’exploiter les images de vidéo-surveillances, mais malgré les caméras, le visage de l’homme n’a toujours pas été identifié par la police.

Afficher +