Actualités
Partager sur

Parcoursup: Une lycéenne blessée au visage par un tir de flashball

Parcoursup: Une lycéenne blessée au visage par un tir de flashball
Partage
Partager sur Facebook

Ce mardi, à Grenoble, une lycéenne a gravement été blessée au visage par un tir de flashball, lors d'une manifestation contre Parcoursup.

Cela fait maintenant plusieurs jours que les lycéens manifestent contre Parcoursup, ainsi que la réforme du Baccalauréat. De nombreux établissements scolaires sont donc bloqués et fermés en France. La situation dégénère… Ce mardi 4 Décembre, une lycéenne a été gravement blessée au visage par un tir de flashball.

MCE vous en dit plus…

Une adolescente blessée au visage par un tir de flashball…

Depuis le début de la semaine, le mouvement des lycéens contre Parcoursup et la réforme du Baccalauréat devient de plus en plus sérieux en France. À Grenoble, 200 adolescents environ ont ainsi manifesté devant le lycée professionnel Jean Jaurès. Les policiers ont donc tenté de les disperser avec des gaz lacrymogènes. La situation commence clairement à dégénérer…

Dans toutes cette agitation, Chaïma, une lycéenne, a d’ailleurs souhaité prendre la parole. « Il faut casser pour se faire entendre d’Emmanuel Macron. On est pacifiste, pourtant, mais la police nous oblige à réagir. Car ils nous gazent. On est l’avenir de la France, c’est pour ça qu’on est là ! », a-t-elle ainsi crié. Une adolescente a d’ailleurs fait les frais d’un tir de flashball, ce mardi 4 Décembre…

Sa famille porte plainte

Il s’agit ainsi de Doriana, une lycéenne de 16 ans, en classe de première au lycée professionnel Jean Jaurès. Sa famille a évidemment réagit. Elle explique que ce tir de flashball a cassé les dents ainsi que fracturé la mâchoire de la jeune fille. Elle a immédiatement été hospitalisée et opérée.

La famille de la lycéenne a ainsi porté plainte contre X. À la vue de l’ampleur que prend la situation, le préfet d’Isère a donc fait une déclaration. « Je suis inquiet de cette violence. J’en appelle aux parents qui ne doivent pas laisser leurs enfants sécher les cours et divaguer comme cela dans les rues. C’est dangereux pour eux, mais aussi pour la population. Les forces de l’ordre font leur travail. On est dans un état de droit. », a-t-il ainsi annoncé. On espère que la situation se tassera…