fbpx
Actualités
Partager sur

Oise: un maire interdit aux habitants de mourir chez eux

Oise: un maire interdit aux habitants de mourir chez eux
Partager
Partager sur Facebook

Le maire de Laigneville (Oise) en a assez que sa commune se trouve au milieu d’un désert médical. Et il a une façon très originale de le faire comprendre.

Christophe Dietrich en a eu assez. Assez de voir ses concitoyens perdre la vie sans qu’aucun médecin ne puisse officiellement constater le décès. En effet, comme il l’explique sur France Info, deux fois au cours des dernières semaines, le médecin chargé de constater le décès s’est fait attendre plusieurs heures.

Les habitants de Laigneville, interdits de mourir à domicile

La raison ? Laigneville, dans l’Oise, se trouve au milieu d’un désert médical. « C’est-à-dire des territoires où l’offre médicale est insuffisante pour répondre aux besoins de la population » d’après la définition officielle. Impossible donc, quand un citoyen meurt à son domicile, de faire constater le décès.

Alors Christophe Dietrich, maire de la petite commune de Laigneville, dans l’Oise, a décidé d’agir. Pour alerter le gouvernement sur la situation intenable des déserts médicaux, il a pris un arrêté assez original.

Un arrêté pour dénoncer les déserts médicaux

Dans sa commune de 5 000 habitants, les administrés n’auront donc plus le droit de mourir chez eux. Une mesure tout à fait improbable, et bien évidemment irréalisable. En effet, Christophe Dietrich ne compte pas faire valider cet arrêté par la préfecture.

Ceci dit, il compte bien sur la médiatisation de son arrêté pour faire parler des déserts médicaux et leurs conséquences. Dans les reportages, on parle habituellement des kilomètres de trajet pour trouver un médecin. Mais dans la ville de Christophe Dietrich, le vrai problème, ce sont donc les décès.

La mesure est symbolique. Mais Christophe Dietrich explique que deux des médecins de sa commune partent à la retraite à la fin de l’année. Aucun des deux ne sera remplacé. Alors certes, son arrêté ne sera jamais appliqué, mais au moins il aura fait parler de lui.