fbpx
Actualités
Partager sur

Nestlé attaque Espresso Club pour avoir utilisé un sosie de George Clooney( vidéo)

Nestlé attaque Espresso Club pour avoir utilisé un sosie de George Clooney( vidéo)

Nestlé a attaqué en justice Expresso Club, une société Israélienne pour avoir employé dans une publicité, un sosie de George Clooney

Une entreprise israélienne a été attaquée en justice par le géant Nestlé. La société aurait parodié la célèbre publicité qui met en scène George Clooney pour du café de la marque Nespresso. Nestlé réclame le retrait de la campagne publicitaire.

Un sosie de George Clooney qui passe mal

La société israélienne Expresso Club pour qui vend du café a décidé d’employer un sosie de George Clonney pour faire la promotion de sa marque. Mais visiblement le fameux «what else» de l’acteur George Clooney passe mal. Aujourd’hui la société Nespresso réclame 50 000 dollars à l’entreprise Epresso Club qui a embauché le sosie de Georges Clooney. « Nespresso investit beaucoup pour construire sa marque et insiste sur la qualité de ses produits et sur le professionnalisme de son service clients ». « Espresso Club n’était pas une concurrence loyale » a indiqué un porte parole de Nespresso.

Une vidéo identique à celle de Nespresso

La vidéo qui a été réalisée par la société Espresso Club, est identique à celle de Nespresso. En effet on aperçoit le sosie de George Clooney sortir de la boutique avec un sac complétement flouté. Pour sa défense le PDG de Expresso Club a indiqué que « Nespresso est un produit phare de Nestlé et ils iront jusqu’au bout ». De son côté le géant se défend. Un porte parole de Nespresso aurait indiqué à Associated Press que ces« poursuites avaient pour but d’éviter la confusion chez les clients, ainsi, il est naturel de se protéger contre les tentatives d’usurpation, et d’imitation qui trompent les consommateurs » » rapporte le quotidien I24 News. Le tribunal de Tel Aviv a donné gains de cause à Espresso Club. Nestlé devra près de 14.000 euros à Expresso Club pour dommages et intérêts et pour couvrir les frais juridiques. Le géant Nestlé n’a pas encore dit son dernier mot.