Actualités
Partager sur

Météo: l’Essonne se réveille sur un tapis de blanc, mais ce n’est pas de la neige

Météo: l’Essonne se réveille sur un tapis de blanc, mais ce n’est pas de la neige
Partager
Partager sur Facebook

Le département de l'Essonne a eu la surprise de se réveiller sur un tapis de blanc… Mais ce n'était pas de la neige, c'était la pollution de Paris.

La météo n’avait pas annoncé de neige sur l’Essonne ce matin, pourtant les habitants de ce département de la région Ile-de-France ont eu la surprise de voir un parterre blanc sur le sol de leur jardin… Mais la météo ne s’était pas trompée, il n’a pas neigé. Du moins naturellement parlant. Car en effet, la fine couche blanche qui a recouvert les routes du département n’est pas vraiment de la neige: « on appelle cela de la neige industrielle, ce n’est pas de la neige classique. Elle ne se forme que dans les agglomérations, l’humidité se fixe sur des particules de pollution et cela donne ce sol blanchi », explique le météorologue essonnien Frédéric Decker au Parisien/aujourd’hui en France.

De la neige qui n’est pas de la neige

En effet, dans la nuit du lundi 18 janvier, un vent en provenance du Nord a dispersé ou plutôt propagé la pollution de Paris vers le sud de la région Ile-de-France. Le Val-de-Marne et l’Essonne ont donc eu la surprise de recevoir cette neige un peu particulière et pas vraiment rassurante. Le météorologue qui travail pour MeteoNews, annonce d’ailleurs que « c’est pour ça que cet épisode neigeux n’était pas prévu, il y avait certes quelques nuages bas, mais c’est tout ».

Plusieurs éléments pour former une telle météo

En gros, les différents éléments qui sont responsables sont donc le froid (il faisait entre -2 et -3°C), combiné avec de l’humidité et une forme de pollution. Ce mélange forme donc une sorte de poudre blanche qui ressemble en consistance et en visuel à de la neige, mais n’est en aucun cas de la neige. Le département n’est d’ailleurs pas un coin ou la neige est omniprésente. En effet, la dernière chute remonte au 5 février 2015, mais aucun flocon n’avait pu rester collé au sol. La dernière véritable chute de neige qui a marqué les esprits avait eu lieu en mars 2013. Là, il était tombé 10cm de neige. Ce qui permet de dire que cette fois-ci, ce n’était pas de la pollution.

Credit photo: Le Parisien