Actualités
Partager sur

Marne: un lycéen de 15 ans tire avec son pistolet à billes sur un professeur en criant  » Allahou Akbar »

Marne: un lycéen de 15 ans tire avec son pistolet à billes sur un professeur en criant  » Allahou Akbar »
Partager
Partager sur Facebook

Au lycée technique Oehmichen à Châlons-en-Champagne dans la Marne, un lycéen a tiré avec son pistolet à billes sur son enseignante.

Les faits se sont déroulés dans un lycée à Chalon-en-Champagne. Alors qu’un professeur donnait un cours. Un lycéen a pointé son pistolet à bille en direction et son enseignante, en criant « Allahou Akbar » selon une source judiciaire citée par Le Figaro. Le motif d’un tel acte: il avait été puni. L’enseignante qui est très choquée et blessée à la main, a été admise à l’hôpital puis est sortie dans le courant de l’après-midi.

Des projets bien définis par le lycéen

L’auteur des faits a été placé en garde à vue et a été entendu par la police. Le lycéen a raconté à la police ses projets. « Celui-ci est entrée au lycée avec son pistolet à billes à la main et avec une grenade de faible puissance airsoft et a tiré sur son professeur de physique-chimie », a expliqué Christian de Rocquigny, le procureur de Châlons-en-Champagne au Figaro. Le lycéen de 15 ans a aussi reconnu avoir placé un couteau dans une punition qu’il a rendu à un autre professeur plus tôt dans la matinée. L’étudiant souhaitait mourir en Martyr. « Son plan prémédité déjà depuis une semaine consistait à poignarder son professeur puis à ce précipiter sur la gendarmerie afin de mourir en martyr », a ajouté le magistrat.

La piste d’une radicalisation récente privilégiée

Un examen psychiatrique est prévu ce jour pour comprendre les motifs d’un tel acte. Le jeune homme sera probablement présenté à un juge dans les prochains jours. Les enquêteurs pensent que le jeune homme a été radicalisé très récemment. Une cellule psychologique a été mise en place dans le lycée afin de répondre à la demande des lycéens et professeurs. Malheureusement ce cas n’est pas un cas isolé, de nombreux jeunes se radicalisent de plus en plus, même si des actes isolés comme celui-ci restent rares.