fbpx
Actualités
Partager sur

Maison de retraite: elles postent sur Snapchat les horreurs qu’elles font subir aux personnes âgées

Maison de retraite: elles postent sur Snapchat les horreurs qu'elles font subir aux personnes âgées

Vendredi 22 janvier 2016, en Seine-et-Marne trois adolescentes ont été mises en examen pour avoir violenté des personnes âgées et posté la vidéo sur Snapchat

Les faits se sont déroulés à Annet-sur-Marne en Seine-et-Marne. Trois adolescentes, stagiaires dans une maison de retraite ont été mises en examen pour avoir maltraité des personnes âgées avant de diffuser la vidéo sur Snpachat.

Elles maltraitent des personnes âgées et postent la vidéo sur Snapchat

Trois adolescentes âgées de 16 et 17 ans ont été mises en examen pour des faits « de violences en réunion avec préméditation, diffusion sur Internet de scènes de violence et atteinte à la vie privée. Elles ont été placées sous contrôle judiciaire »a indiqué le parquet de Meaux. Les trois adolescentes scolarisées au lycée Jean Moulin à Torcy étaient en stage d’apprentissage professionnel dans une maison de retraite à Annet-sur-Marne. Les trois adolescentes après avoir violenté des résidents auraient posté plusieurs vidéos sur le réseau social Snapchat. La vidéo montre « des personnes handicapées ou atteintes de maladies type Alzheimer » rapporte le quotidien Normandie Actu. Les résidents auraient reçu « des tapes derrière la tête, des pincements du nez » rapporte le quotidien Le Parisien Aujourd’hui en France.. La Secrétaire d’Etat aux personnes âgées qui s’est rendue sur place parle « d’actes graves, d ‘humiliation, de violence verbale, d’atteinte à la dignité , mais pas de maltraitance physique» sans donner plus de détails indique le quotidien Le Monde.

Des camarades Emus

Des camarades de classe fortement émus par la violence des faits, ont immédiatement alerté les professeurs», relate la secrétaire d’Etat aux personnes âgées, qui s’est rendue sur place. Les trois lycéennes ont immédiatement été renvoyées de la maison de retraite. interrogé par le quotidien le Monde, Le Syndicat national des maisons de retraite et résidences privées pour personnes âgées souhaite « ce que ces actes isolés ne soient en aucun cas associés à l’ensemble des intervenants et au travail quotidien des professionnels auprès des résidents ».