fbpx
Actualités
Partager sur

Lycée: les étudiants consomment moins d’alcool et de cigarettes

Lycée: les étudiants consomment moins d'alcool et de cigarettes
Partager sur Facebook

Les lycéens boivent moins d’alcool et consomment moins de drogue. C’est ce que constate l’Espad dans sa dernière enquête.

La consommation générale d’alcool et de cigarette chez les lycéens français a diminué. Un soulagement pour les services publics. Depuis 1990, le gouvernement a fait passer plusieurs lois pour prévenir, voire même interdire la consommation d’alcool et de drogue chez les lycéens. Résultat : en cinq ans, on constate un net recul de la consommation de ces produits au lycée.

Au lycée, la consommation d’alcool et de tabac diminue

L’alcool semble moins attirer les lycéens lors des soirées. D’après l’enquête de l’Espad (effectuée sur un échantillon de 6 642 lycéens français entre avril et juin 2015), 10% des élèves de secondes affirment avoir bu de l’alcool au moins dix fois au cours du mois passé. En 2011 ils étaient 17%. Une diminution considérable qui s’accompagne d’un autre chiffre encourageant. En 2015, 50,5% des lycéens estimait avoir déjà connu un état d’ivresse contre 61% il y a cinq ans !

On constate néanmoins que ce sont les élèves de terminale qui consomment le plus d’alcool (le double par rapport aux élèves de seconde). Le même bilan s’applique pour la consommation de tabac. 28% des élèves de terminale fument régulièrement alors que leurs camarades de seconde ne sont que 15%. Ils sont tout de même moins nombreux qu’en 2011 où 31% des élèves de terminale fumaient quotidiennement.

Pour Danièle Jourdain-Menninger, la présidente de la Mission interministérielle de lutte contre les conduites addictives (Mildeca), interrogée par Le Monde, ces chiffres sont positifs. Elle souligne que les nombreuses lois votées depuis 1990 ont contribué à « dénormaliser » la consommation de tabac chez les jeunes.

Tabac, alcool, la consommation au lycée contrôlés

La première loi à contrôler la consommation du tabac chez les mineurs est votée en 1991. Baptisée loi Evin, elle interdit de fumer à l’intérieur du lycée. Elle régule également les publicités pour l’alcool afin de limiter l’influence sur les lycéens. C’est à partir de cette période que l’on constate une baisse régulière de la consommation de tabac chez les lycéens.

Mais ce n’est pas avant 2004 qu’une loi interdit définitivement la vente de tabac aux jeunes de moins de 16 ans. Depuis 2010, cette loi s’applique sur l’ensemble des mineurs de moins de 18 ans. La dernière loi pour lutter contre la tabagisme : le paquet neutre.


Le paquet neutre par affairessociales-et-sante

En plus de ces lois, les hausses successives du prix du tabac ont également pu dissuader les jeunes de fumer. Aujourd’hui, l’Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies (OFDT) se félicitent des bons résultats annoncés par l’Espad.

En 2011, 66% des élèves de secondes avaient déjà fumé au moins une fois. En 2015, ils ne sont plus que 57%. C’est dans les filières professionnelles que l’on retrouve le plus grand nombre de fumeurs. En terminale, ils sont 9,1% à fumer au moins 10 cigarettes par jour, soit le double des élèves de terminales des filières générales (4,9,%).

Attention néanmoins à ne pas trop se réjouir. Comme on l’a dit plus haut, les terminales fument en moyenne plus que les secondes. François Beck, directeur de l’OFDT, dont les propos sont recueillis par Le Monde, pense que « l’âge d’entrée dans les usages a été repoussé ».

Des chiffres plus inquiétant sur la consommation de cannabis

Par ailleurs, si tous ces chiffres sur la consommation de l’alcool et du tabac sont encourageants, les chiffres du cannabis le sont moins. En seconde, il baisse de manière remarquable passant de 41% en 2011 à 34% en 2015. Mais la consommation de cannabis en terminale reste stable (54% en 2011 contre 52% en 2015). 17% des inscrits au lycée français ont fumé du cannabis au cours du dernier mois. La France se positionne parmi les mauvais élèves de l’Europe (la moyenne européenne se situe à 7%).