fbpx
Actualités
Partager sur

Lycée: deux jeunes arrêtés pour avoir mis le feu à un établissement.

Lycée: deux jeunes arrêtés pour avoir mis le feu à un établissement de Haute-Loire
Partager
Partager sur Facebook

Deux jeunes de 19 et 25 ans viennent d'être arrêtés pour avoir mis le feu à leur lycée en Haute-Loire. Les faits datent du 25 avril.

Deux jeunes de 19 et 25 ans viennent d’être mis en examen. Leur lycée a été  il y a quelques semaines et les caméras de vidéos de surveillance ont permis de retrouvé les deux jeunes de 19 et 25 ans.

La mise en examen du jeudi 6 juin concerne deux jeunes et ont été écroués pour avoir vandalisé un lycée professionnel du Puy-En-Velay dans la région Haute-Loire.

L’incident remonte au 25 avril dernier. Les deux jeunes âgés de 19 et 25 ans ont déclenché un incendie criminel dans leur lycée.

D’important dégâts ont été causé par un incendie criminel déclenché à 5 heures du matin dans le lycée Jean Monnet.  Les deux jeunes ont détruit plusieurs espaces. Comme notamment, l’espace de restauration collective de l’établissement. Le gymnase du lycée ainsi que la porte du logement du proviseurs de l’établissement ont également subi plusieurs dégradations. La cité ponote a subi à plusieurs endroits par des dégâts.

Deux jeunes écroués après un incendie criminel dans leur lycée.

Mais les dégradations ne s’arrêtent pas là. Selon le journal régional l’Éveil de la Haute-Loire, il n’y a pas que le lycée Jean Monnet qui a été touché par des dégradations. Il semblerait également que des voitures de la police nationale aient été dégradé ainsi qu’une station météo de la ville. Les dégradations ont aussi touché des containers et la vitre d’un musée.

Les deux jeunes âgés de 19 et 25 ans sont originaires du Puy-en-Velay a précisé le procureur de la République Nicolas Rigot-Muller. Ce dernier ne fait pourtant aucun lien entre les mis en cause et l’agression du proviseur de l’établissement Jean Monnet.

Il précise également par le biais d’un communiqué que les casiers judiciaires des deux jeunes de 19 et 25 ans ne portent aucune trace d’aucune condamnation.

La condamnation concerne également un jeune homme de 25 ans. Il n’a pas commis de dégâts, juste témoin des faits.