MCE est disponible sur
  • Orange 217
  • SFR 177
  • BBox 156
  • Free 237
  • Numericable 78
  • Darty Box 117
Actualités
Partager sur

Loire-Atlantique: un adolescent de 17 ans meurt après avoir été retrouvé inanimé dans une rave party

1000loire-atlantique-un-adolescent-de-17-ans-meurt-apres-avoir-ete-retrouve-inanime-dans-une-rave-party
Partage
Partager sur Facebook

Un jeune homme de 17 ans a été retrouvé inanimé hier vers 13h30 à Grave (Loire-Atlantique) après une rave party. L'adolescent est décédé peu de temps après.

Après une rave party, un adolescent de 17 ans a été retrouvé hier inanimé dans une commune de Loire-Atlantique. Les secours sont intervenus aux alentours de 13h30. Le jeune homme est décédé peu de temps après.

Les causes de la mort de l’adolescent encore inconnues

La brigade de recherches de Châteaubriant (Loire-Atlantique) a été saisie et une enquête a été ouverte. Pour le moment les causes de la mort du jeune homme reste inconnues.

Néanmoins, une autopsie doit être réalisée dans la journée de ce lundi, avec un prélèvement toxicologique afin de déterminer ce qu’il a ingéré.

Des sources proches de l’enquête redoutent que cette mort soit liée à la lourde prise de drogue.

L’adolescent retrouvé inanimé

Il était 13h30 environ hier, quand les secours sont arrivés à Gâvre (Loire-Atlantique), ville où se déroulait la rave party ou « free-party ». Ils l’ont pris en charge et évacué. L’adolescent est décédé peu de temps après.

Un médecin du SAMU et des pompiers ont tenté de le ranimer avec des massages cardiaques. Le jeune homme se trouvait en arrêt cardio-respiratoir. Toujours « vivant », il a été transporté à l’hôpital mais son état s’est rapidement dégradé. Son décès a été déclaré à 17h.

Domicilié à Saint-Laurent-du-Mottay, dans le Maine-et-Loire, il allait fêter ses 18 ans au mois d’août.

L’adolescent était dans un rassemblement non déclaré

Apparement, 300 personnes étaient présentes à cette rave party sauvage. Un rassemblement musical et festif qui n’était pas déclaré, donc non autorisé. La fête avait lieu à 50 km de Saint-Nazaire.

En effet, ces free-party illégales sont de plus en plus nombreuses l’été et ne se déroulent pas toujours dans des lieux très sécurisés.

La gendarmerie essaie, donc, d’intervenir le plus souvent pour faire cesser ces fêtes sauvages, non déclarées aux autorités.

De plus, difficile de savoir où celles-ci sont organisées. Généralement les participants sont prévenus par sms au dernier moment. Les gendarmes, quant-à-eux, sont alertés par le voisinage ou le bruit.

Autres vidéos recommandées pour vous