fbpx
Actualités
Partager sur

Loir-et-Cher: un homme frappé à mort dans une soirée où il n’était pas invité

Loir-et-Cher: un homme frappé à mort dans une soirée où il n’était pas invité

Un homme a été frappé et est décédé des suites de ce coup dans un soirée à laquelle il n'était pas invité. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'alcool serait en parti responsable de ce drame.

C’est un fait-divers sordide qui a frappé un petit village du Loir-et-Cher dans le centre de la France. En effet, un homme a trouvé la mort dans une soirée dans la nuit de vendredi à samedi dans le village de Savigny-sur-Braye. La raison ? Il a été frappé à mort par les participants d’une soirée dans laquelle il n’était pas invité et à laquelle il s’est incrusté explique le tribunal à l’AFP. Alors que l’homme d’une trentaine d’année était accompagné d’une jeune femme, il est rentré dans la soirée peu avant minuit ce qui n’a pas plu aux organisateurs et aux invités de la soirée.

L’homme quitte la soirée et revient

Si dans un premier temps, l’homme n’a eu aucun problème pour s’intégrer, sa consommation d’alcool semblait devenir un problème au fur et à mesure de l’avancement de la soirée, si bien que les autres invités lui ont demandé de quitter les lieux rapidement, ce que l’homme a refusé. S’en est suivi une violente dispute. Si l’homme quitte alors la soirée en mauvais terme, « dans un deuxième temps, cet homme est revenu et le maître des lieux l’a frappé », a expliqué Frédéric Chevallier, procureur de la République de Blois à l’AFP. Une coup de poing malheureux qui a causé le décès de la victime malgré l’intervention rapide des sapeurs-pompiers.

15 de prison pour l’auteur du coup ?

Selon le tribunal de Blois, deux hommes de 28 et 30 ans sont impliqués dans cette affaire. L’auteur des coups a été interpellé par les gendarmes de la commune et a été placé en garde à vue. Il sera déféré devant un juge d’instruction de Blois et sera vraisemblablement mis en examen pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans volonté de la donner ». Selon le code pénal, ce type de « violences constituent un crime dont la peine encourue est la réclusion criminelle pour une durée qui peut aller jusqu’à 15 ans ».