Actualités
Partager sur

Lille: un trafic de drogues mis à jour lors d’un simple contrôle routier

Lille: un trafic de drogues mis à jour lors d’un contrôle routier
Partager
Partager sur Facebook

A Lille-Moulins, mardi dernier, la police a mis au jour, par hasard, un trafic de stupéfiants grâce à un contrôle routier.

La semaine dernière, des policiers effectuent un contrôle routier dans le quartier de Lille-Moulins. Ils arrêtent notamment une Peugeot 306 qui va leur permettre de démanteler un trafic de stupéfiants.

Un contrôle routier permet de découvrir un petit trafic de stupéfiants

Dans une Peugeot 306, des policiers trouvent quelques dizaines de gramme de cannabis lors d’un contrôle routier. En poussant leur enquête, ils découvrent un trafic de stupéfiants qui dure depuis quelques mois.

Dans le quartier de Lille-Moulins, mardi dernier, des policiers effectuent un contrôle routier. Rien d’anormal jusqu’à ce qu’ils découvrent quelques dizaines de gramme de cannabis dans une Peugeot 306.

La voiture à bord de laquelle se trouvent deux jeunes gens semble également suspecte. Les policiers décident alors d’enquêter aux domiciles des deux jeunes gens.

Une enquête bien menée

Chez le premier, Yassim, qui vit à Ronchin, ils découvrent 1500 euros cachés dans les rideaux. Plusieurs centaines de gramme de cannabis éparpillés dans des petits sachets et un kilo d’herbe retrouvés dans la cave.

Chez Sofian, le second jeune homme, la police trouve 5200 euros en liquide et testé positif au cannabis. Quant à la voiture qui semblait suspecte aux policiers, son propriétaire est un consommateur d’herbes. Il a affirmé aux autorités qu’il avait prêté sa voiture à ses fournisseurs selon La Voix du Nord.

Sofian et Yassim ont donc été présentés devant le tribunal de Lille. Pour Sofian c’est la première fois. D’ailleurs il a très vite admis aux autorités avoir commencé le trafic après avoir dépanné plusieurs fois certains consommateurs.

Quant à Yassim il a déjà été devant le tribunal pour les mêmes motifs. La juge l’a d’ailleurs repris à l’ordre selon le quotidien local. Le magistrat lui aurait ainsi dit : « votre projet professionnel, c’est de vivre de la vente de drogue et des aides ? »

Les deux jeunes gens ont été condamnés à deux ans de prison dont un an avec sursis et mise à l’épreuve pour Sofian.