fbpx
Actualités
Partager sur

Justice: un homme purifie sa femme à l’eau de javel

justice violence eau de javel

Parfois la Justice doit faire face à des cas extrême. C'est ce qui est arrivé au tribunal de Perpignan qui a vu passer un homme qui a purifié sa femme à l'eau de javel.

L’amour peut parfois conduire à la haine. En voici la preuve avec une histoire de justice sordide dévoilée dans l’Indépendant, le journal local de la région de Perpignan. Une jeune femme a subi 22 traumatismes sur son corps, couvert de bleus et d’ecchymoses causés par son mari quand celui-ci a découvert son infidélité. Le procès a eu lieu mercredi 6 août au tribunal de Perpignan.

Une torture et des sévices inimaginables

Sept ans de vie commune et de brutalité qui ont failli finir en drame. Alors qu’en juillet 2014, son mari découvre son infidélité, il lui envoie : « Tu as raison, c’est aujourd’hui que tu meurs ». Après un sévère tabassage, il se lance dans ce qu’il a appelé: « une purification ». Le mari oblige alors sa femme à entrer dans la douche, il part ensuite chercher des bidons d’eau de javel et lui lave le corps, les seins, le sexe et la bouche par des gargarismes.

5 ans de prison pour le mari

Le tribunal a donc statué sur son sort mercredi 5 août, et a condamné le mari à 5 ans de prison dont 1 avec sursis pour « actes de tortures et d’humiliation symptomatique » . Lors du procès, l’homme refuse de reconnaître les violences, reconnaissant avoir giflé son épouse 2, 3 fois. Il déclare en plein tribunal, selon l’Indépendant, : « Je lui ai proposé de faire l’amour attaché comme souvent. Mais ma souffrance n’avait d’autre issue que de mourir. Je me disais qu’elle allait souffrir autant que moi. On est complètement cinglés tous les deux. On se faisait beaucoup de mal. Mais on s’aimait beaucoup. C’était une relation sans fin. » « J’étais terrorisée, à un moment, je voulais qu’il me donne un grand coup et en finir, rétorque sa victime représentée par Me Naïma Sbaa. Je n’ai pas demandé d’aide car l’enquêtrice sociale devait venir sous peu pour me retirer mon fils. Je n’ai plus rien à part la volonté de m’en sortir, j’ai perdu mon fils, je ne peux plus travailler, plus sortir seule. C’est un manipulateur. Il m’a lobotomisée. Il m’a fait croire que je n’étais rien. »