fbpx
Actualités
Partager sur

Jawad Bendaoud: son interview met mal à l’aise les internautes !

Jawad Bendaoud: son interview met mal à l’aise les internautes !
Partager
Partager sur Facebook

Jawad Bendaoud a accordé une interview à BFM TV, qui a mis très mal à l’aise les internautes malgré ses excuses aux familles des victimes.

Devant les caméras de BFM TV, Jawad Bendaoud est sorti de son silence presque un mois après avoir son procès. En effet, ce dernier a logé chez lui deux des djihadistes qui ont commis les attentats du 13 Novembre 2015 au Bataclan. L’homme a par ailleurs tenu à présenter ses excuses aux familles des victimes. Et son interview a mis beaucoup de téléspectateurs mal à l’aise.

Jawad Bendaoud s’explique devant les caméras

C’est la première fois qu’il présente ses excuses aux familles des victimes. Jawad Bendaoud a demandé pardon lors d’une interview accordée à BFM TV. Habitant de Saint-Denis, il avait mis à disposition un logement à Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh. Le 18 Novembre 2015, les forces de l’ordre ont abattu ces deux terroristes.

Le 15 Février dernier, Jawad Bendaoud n’a présenté ses excuses aucune fois aux familles des victimes. Il avait expliqué qu’il n’était pas responsable des attentats et qu’il ne savait pas qu’il avait logé des terroriste. Il a cependant accordé quelques mots à BFM TV sur une plage et a fait son mea culpa.

« Je ne veux pas qu’on sache où je suis (…) Je ne veux pas être à Saint-Denis, je veux vraiment être en retrait, j’ai décidé de m’installer au calme. » a-t-il expliqué. Il a aussi présenté ses excuses devant les caméras : « je suis responsable un peu de ce qui s’est passé pour les habitants de Saint-Denis. »

Avat d’ajouter : « Il y a beaucoup de personnes qui n’accepteront pas mon pardon, mais je voudrais leur demander pardon (…) Je présente mes excuses à toutes les familles des victimes. »

« J’ai entendu des témoignages, des choses qui m’ont touché »

Jawad Bendaoud a aussi expliqué : « J’ai entendu des témoignages, des choses qui m’ont touché. Aller là-bas, me montrer, que les gens me voient, que je suis libre, alors qu’eux-mêmes n’ont pas encore fini de soigner leur traumatisme… Je ne pourrais pas croiser les gens. Même si je n’ai rien à voir dans cette histoire. Je n’étais pas au courant que c’était des terroristes et je n’ai rien à me reprocher. »

Avant de conclure : « Mais il y a des traumatismes qui n’ont pas encore été soignés. J’en suis responsable, même si je ne connaissais pas l’identité des individus que j’ai hébergés. »

Source : Ohmymag