fbpx
Actualités
Partager sur

iTélé: les journalistes votent la fin d’une grève historique

iTélé: les journalistes votent la fin d'une grève historique
Partager sur Facebook

Le conflit à iTélé est enfin terminé. Après 31 jours de grève les journalistes d’iTélé ont voté pour le retour au travail ce mercredi.

C’est la fin d’un conflit qui a tenu en haleine iTélé et tous les médias pendant un mois. Les journalistes d’iTélé ont voté ce mercredi pour la fin de la grève et le retour au travail après 31 jours de grève.

La fin d’un conflit historique

Les journalistes d’iTélé ont voté à l’unanimité pour la reprise du travail après un mois de grève. Seuls deux abstentions sont à retirer du tableau. C’est la fin du conflit le plus long du monde des médias depuis mai 68.

Un conflit qui a éreinté les journalistes, comme ils le déclarent dans un articles de Les Jours. Pendant un mois ils se sont battus pour leur indépendance contre une direction qu’ils estiment pas assez concernée par leur sort. Notamment les pigistes et les journalists en position précaire qui ont perdu beaucoup d’argent pendant ce conflit.

Une cagnotte participative avait d’ailleurs été lancée pour soutenir financièrement les plus bas salaires de la chaîne. Les employés d’iTélé avaient également tenté de vendre des t-shirts marqués du désormais célèbre hashtag #JeSoutienITélé.

Ce mercredi 25 journalistes ont posé leur démission de la chaîne venant ainsi s’ajouter aux dix départs déjà arrangés au cours du mois. Au total ce sont donc plus de 30 personnes qui ont quitté iTélé depuis le début de la grève au début du mois d’octobre.

Les raisons de la discorde

S’ils partent de la chaîne c’est parce que toutes leurs demandes n’ont pas reçu satisfaction. L’accord qui a été présenté mardi aux journalistes prévoit notamment de conserver Jean-Marc Morandini à l’antenne. Et ce, malgré les nombreuses protestations des journalistes.

L’ancien animateur d’Europe 1 fait l’objet d’une extrême défiance de la part des journalistes. D’abord parce qu’il est soupçonné par la justice d’abus et de corruption de mineurs. Mais aussi parce qu’il a été imposé à la chaîne par Vincent Bolloré, patron du groupe Vivendi.

C’était la seconde revendication des journalistes d’iTélé. La mainmise du patron de Vivendi sur la ligne éditoriale de la chaîne en inquiète plus d’un. Notamment depuis que Serge Nedjar, le directeur de la chaîne s’est attribué également la fonction de directeur de la rédaction.

Serge Nedjar crée ainsi un conflit d’intérêt qui n’est pas aux goûts des employés de la chaîne qui tiennent à leur indépendance éditoriale. D’ailleurs sur les réseaux sociaux de nombreux internautes ont soutenu le mouvement d’iTélé et la lutte pour les valeurs du journalisme.

Finalement l’accord prévu par la direction d’iTélé prévoit donc bien la rédaction d’une charte éthique garantissant la liberté des journalistes.