Actualités
Partager sur

Harcèlement sexuel: Les horribles chiffres concernant le harcèlement dans les festivals sont tombés !

Harcèlement sexuel: Les horribles chiffres concernant le harcèlement dans les festivals sont tombés !
Partager
Partager sur Facebook

Le harcèlement sexuel a été particulièrement dénoncé cette année. Il arrive très souvent dans les festivals, les chiffres tombent !

Le harcèlement sexuel a été particulièrement dénoncé cette année. Il arrive très souvent dans les festivals, les chiffres tombent !

Cette année, les hashtags #BalanceTonPorc ou encore #MeToo dénonçaient le harcèlement sexuel. Une façon pour les femmes, en particulier, de se défendre et arrêter ce qu’elles subissent. D’ailleurs, elles font face au harcèlement dans les festivals de musique. Les chiffres viennent de tomber. MCE vous dit tout.

Le harcèlement sexuel en festival

Alors que les femmes se révoltent pour dénoncer le harcèlement sexuel, on apprend que celui-ci arrive encore fréquemment. En effet, durant les festivals de musique, un endroit où tout le monde devrait s’amuser, les hommes harcèlent les femmes. Les chiffres le prouvent. En effet, selon un sondage réalisé en Angleterre, 43 % des femmes de moins de 40 ans disent avoir été confrontées à un comportement sexuel non consenti lors de festivals.

Ce sondage du nom de YouGov annonce cette semaine ces chiffres alarmants. Sur 1 188 personnes dans un festival, près de la moitié des femmes déclarent que les hommes les harcèlent. D’ailleurs, outre les femmes, pour tous sexes confondus, 22 % des festivaliers disent faire face à de l’agression ou du harcèlement sexuel. Pour cette partie du sondage, si on retire les hommes, le chiffre passe à 30 %…

Elles ne portent pas plainte

Si les femmes devraient se tourner vers la justice, elles ne portent pas plainte. La BBC News, annonce que plus de 80 % des personnes victimes d’agressions sexuelles ne portent pas plainte. En effet, selon You Gov, seulement 1 % de femmes victimes ou témoins de harcèlement sexuel rapportent les faits à un membre du staff du festival, contre 19 % des hommes. En général, on ne signale que 2% des incidents. Pas assez !

Tracey Wise, fondatrice du groupe Safe Gigs For Women (« Des concerts sûrs pour les femmes »), se prononce sur l’étude. Elle déclare : « Cela nous donne quelque chose de concret à montrer aux organisateurs de festivals pour leur dire ‘vous devez prendre ça en compte’ ». De plus, Paul Reed, directeur général de l’Association des Festivals Indépendants, se prononce sur la protection des festivals. Il explique que les festivals « ont le devoir de créer des événements aussi sûrs, sécurisés et agréables que possible ». Il ajoute : « Si les gens n’interviennent pas, ce comportement sera normalisé. »