fbpx
Actualités
Partager sur

Gironde: des perquisitions mettent à jour un arsenal militaire chez des sympathisants de l’ultra-droite

Gironde: des perquisitions mettent à jour un arsenal militaire chez des sympathisants de l'ultra-droite

Des perquisitions menées en Gironde ont mis à jour un arsenal militaire dans les domiciles de sympathisant ultra-droite. Pour le moment, la gendarmerie mène l'enquête.

Drôles de perquisitions qui ont inquiété les forces de l’ordre en Gironde. Alors que le cadre de l’état d’urgence a permis d’effectuer « deux perquisitions administratives qui ont eu lieu dans les milieux de l’ultra-droite violente en Gironde », d’après une source policière de France 3 Gironde, les gendarmes de la DGSI ont pu mener à bien leur opération et retrouver un nombre incroyable d’armes à feu sans que le propriétaire ne puisse présenter de permis pour le port de ce type d’arme. Dans le cadre de l’enquête et des perquisitions, deux personnes ont pu être arrêtées par la gendarmerie.

Un des deux hommes déjà condamné pour une attaque sur une mosquée

Selon une source proche du dossier qui a contacté France 3 région, la première des perquisitions a eu lieu dans le village de Belin-Béliet, au domicile d’« un marginal d’une quarantaine d’années appartenant à la mouvance ultra-droite. Il n’a pas été déféré devant le parquet parce qu’une expertise psychiatrique a été demandée ». La deuxième a eu lieu à Libourne, proche de la ville de Bordeaux, « chez son fils, âgé de 26 ans et un peu moins marginal, il était en formation depuis peu. Il sera déféré devant le parquet cet après-midi ». Selon les forces de l’ordre, ce dernier avait déjà été condamné par la justice pour avoir jeté un cocktail Molotov sur le mosquée de Libourne. Au total, près de 30 armes de gros calibres et près de 200 kilogrammes de munitions ont été retrouvées lors des perquisitions.

Un détail des perquisitions qui fait froid dans le dos

Chez le père, la source policière a déclaré que les perquisitions ont permis « la découverte d’un arsenal de 29 armes, dont 13 armes longues et 16 armes de poing, ainsi que de 200 kg de munitions de tous types et notamment du matériel permettant la confection artisanale de munitions à base de sulfate de potassium ». Tandis que chez le fils, la fouille « a donné lieu à la découverte de trois armes longues et de 300 munitions qui n’étaient pas autorisées ou déclarées ». Une troisième perquisition a eu lieu à Pessac, chez la compagne du fils, où trois armes ont été retrouvées.