fbpx
Actualités
Partager sur

Elle frappe son bébé à mort et le met dans la machine à laver pour effacer les traces de violence

Elle frappe son bébé à mort et le met dans la machine à laver pour effacer les traces de violence

C'est un fait divers des plus effroyables qui a eu lieu à Drancy, en banlieue parisienne. Une mère de famille a frappé son bébé de 22 mois à mort avant de le mettre dans la machine à laver

Depuis plusieurs mois, de nombreux faits de violence sur les mineurs et, plus particulièrement sur les bébés, ont été recensés. MCE vous avait d’ailleurs parlé de cette jeune maman qui avait mis son bébé de 2 mois au micro-ondes pendant près de 5 minutes, en Californie. Ou encore de cette puéricultrice américaine qui organisait des fight-club avec les bébés dont elle s’occupait, afin qu’ils se battent et qu’elle les frappe en retour. Cette fois, c’est à Drancy, en banlieue parisienne, qu’une mère a commis l’irréparable sur son enfant âgé de 22 mois.

Elle frappe son bébé âgé de 22 mois à mort et le met dans la machine à laver

En plus de la violence volontaire, c’est parfois l’inattention de certains parents qui ont pu provoquer des accidents avec leur enfant. D’ailleurs, dans le New Jersey, une jeune maman était rentrée chez elle sous l’emprise d’héroïne et s’est couchée au côté de son bébé. Sauf que quelques heures plus tard, son enfant a été retrouvé mort à côté d’elle, étouffée accidentellement par sa maman alors qu’elle était complètement droguée.

Mardi dernier, à Drancy, en Seine-Saint-Denis, en banlieue parisienne, une jeune maman a été placée en garde à vue suite au décès de son enfant âgé de 22 mois. Après avoir été interrogée par les autorités, elle a alors avoué avoir frappé, « boxé » et projeté au sol la petite victime. Pour effacer toutes traces de violence, la jeune femme âgée de 28 ans ne s’en est pas arrêtée là. Elle a alors placé le corps de l’enfant dans la machine à laver avant de la mettre en marche. Ensuite, la mère a sorti son bébé, l’a rhabillé et a appelé son mari qui n’a pu que constater le corps sans vie de son enfant et, rempli d’hématomes. La jeune mère de famille avait avoué être « rentrée de mauvais poil », pour sa défense.