fbpx
Actualités
Partager sur

François Hollande accorde une remise gracieuse de peine à Jacqueline Sauvage

François Hollande accorde une remise gracieuse de peine à Jacqueline Sauvage

Le président de la République, François Hollande a accordé une remise de peine à Jacqueline Sauvage, condamnée à 10 ans de prison pour le meurtre de son mari

C’est un soulagement pour la famille de Jacqueline Sauvage. Dimanche 31 janvier 2016, le président de la République, François Hollande a accordé une remise gracieuse de peine à Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour avoir tué en 2012 son mari violent.

Le président accorde une remise de peine à Jacqueline Sauvage

François Hollande après concertation a décidé d’accorder une remise gracieuse de peine à Jacqueline Sauvage. « Le président de la République, en application de l’article 17 de la Constitution et après avis du ministre de la justice, a décidé d’accorder à Madame Jacqueline SAUVAGE une remise gracieuse de sa peine d’emprisonnement de 2 ans et 4 mois ainsi que de l’ensemble de la période de sûreté qu’il lui reste à accomplir », précise le communiqué de l’Elysée. Ainsi le président de la République n’a pas accordé de grâce présidentielle, mais juste une remise de peine qui lui permet néanmoins de « demander une libération conditionnelle » selon Libération. Sa peine est juste allégée. Pour les avocates de Jacqueline Sauvage, cette décision prise par le président de la République est plus que satisfaisante. Ainsi elle pourrait obtenir la libération conditionnelle mi-avril.

Condamnée pour le meurtre de son mari

La femme de 68 ans a été condamnée à dix de prison pour le meurtre de son mari en 2012, tué de trois coups de fusil dans le dos. Une décision injuste pour beaucoup d’organisations, puisque Jacqueline Sauvage aurait subi 47 ans de violences conjugales. Une pétition lancée pour obtenir la grâce présidentielle de Jacqueline Sauvage avait récolté pas moins de 400 000 signatures.« Le président de la République a voulu, face à une situation humaine exceptionnelle, rendre possible, dans les meilleurs délais, le retour de Mme Sauvage auprès de sa famille, dans le respect de l’autorité judiciaire, » précise le communiqué de l’Elysée.