fbpx
Actualités
Partager sur

France: un djihadiste a été mis en examen car il projetait d’agresser une députée socialiste

France: un djihadiste a été mis en examen car il projetait d’agresser une députée socialiste

En France, jeudi 5 novembre 2015, un djihadiste a été écroué car il prévoyait d'agressé une député socialiste.

En France, jeudi 5 novembre 2015, un homme présenté comme un djihadiste a été écroué car il prévoyait d’agresser une députée socialiste. L’homme inconnu des forces de l’ordre pour des faits liés au terrorisme s’est rendu de lui même à la police.

Le djihadiste voulait s’en prendre à une députée

L’homme âgé de 32 ans, inconnu de la justice pour des faits de terrorisme a été mis en examen car il projetait d’agresser une députée socialiste dans les prochains jours.
L’individu âgé de 32 ans avait été emprisonné pour trafic de drogue quelques années plus tôt, c’est peut-être lors de sa détention qu’il aurait fréquenté d’autres détenus islamistes radicaux,c’est peut-être à ce moment la que l’homme aurait envisagé son projet.
Les enquêteurs qui ont perquisitionnés son domicile ont trouvé en région parisienne au domicile du djihadiste de la littérature islamiste.La députée socialiste de la cinquième circonscription de Paris, Seybah Dagomala principale concernée dans cette affaire à été très choquée.

L’homme se dénonce tout seul à la police

Le plus troublant dans cette affaire est que le djihadiste s’est rendu de lui-même à la police. L’individu se serait dénoncé à la police via la plateforme « anti-djihad » selon l’AFP.. Les policiers l’ont mis en examen pour « entreprise individuelle terorriste » rapporte une source proche du dossier. L’homme avait donné rendez-vous à la députée socialiste, Seybah Dagomala âgée de 37 ans pour lui faire part d’un projet télé. Les policiers prennent avec sérieux cette affaire, car il s’agit de la première fois qu’un djihadiste souhaite s’en prendre à une députée.
L’homme pourrait être placé en détention provisoire. Un bilan psychiatrique a été demandé par les enquêteurs. Le djihadiste devra prochainement expliqué ses motivations devant le tribunal.